vendredi 23 juillet 2010

La sorcière devint mère ou petit résumé de 9 mois de grossesse

Les maux de la grossesse. J'en parle parce que les gens ne savent pas. D'une femme à l'autre, et même d'un bébé à l'autre, ça change. Je tiens à m'indigner : on m'aurait lâchement menti : non ce n'est pas que du bonheur, loin de là même. D'ailleurs en regardant les photos je m'insurge : mais où est la "femme-enceinte-si-raduiseuse", je ne vois qu'un petit gnome tout rabougris...
Les trois premiers mois ou l'attaque de l'alien.
Je ne dors plus, du tout. Pas moyen de fermer l'œil. Dans cette situation on a envie de butter le frigo qui fait du bruit, le mari qui grince des dents et l'horloge qui fait tic tac.
Je suis épuisée, mais ce n'est pas le manque de sommeil, non. Un déchet sur le canapé, voilà ce que je suis. Une des périodes les plus culpabilisante de ma vie, l'impression d'être la plus abjecte feignasse que la terre ait porté. Pour vous donner une idée, la perspective de se lever du canapé pour aller prendre un verre d'eau à deux mètres semble si épuisante, que la décision est prise après une longue délibération interne , on se tâte, on réfléchie. Vais-je me lever pour étancher ma soif? Non je préfère attendre un petit peu...
Je pourrais être chien policier: j'ai une truffe de X men. Planque une rondelle d'oignon dans un frigo fermé, je le sens. à ce stade tout pue, les gens dans la rue, moi, la nourriture, la salle de bain...
Les trois mois suivants sont une libération : tout d'un coup on se rend compte que l'état de loque insomniaque n'est pas un état normal, et même mieux, que ça s'arrête un jour, brutalement, en une semaine je recommence à pouvoir parcourir 100m sans mourir d'épuisement, et même les odeurs commencent à s'envoler, loin. On retrouve son nez aveugle, la joie !
Mais c'est la phase deux de l'attaque : Les abdominaux commencent à se détendre. Et bien sachez messieurs dames, que les abdos ça sert à pas mal de chose. Se lever de son lit par exemple, ou même d'une chaise. Courir aussi, ça utilise les abdos. Autant vous dire que je suis devenue trèèèès ponctuelle, parce que ma course quotidienne après le bus c'était plus possible.
C'était aussi la phase très désagréable où les gens pensent juste que tu es une grosse patate mal fichue (du ventre, des fesses, sur des petites guibolles, c'est la classe internationale). C'est aussi le moment où tous mes rêves se sont effondrés concernant les vergetures. Quand on prend deux tailles de soutif, on peut duiduiler* comme on veut, ça craque de partout.
Les trois derniers mois c'est ceux où tu marche tout doucement, où tu es énorme, et où tu t'es résignée à porter des vêtements de grossesse parce que même la braguette ouverte, tu rentre plus dans aucun de tes jeans. ça donne donc une periode où tu es soi magnifiquement vêtue de ces superbes tuniques et robes spécialement crée pour les baleines comme toi, soi très très ringarde avec les jogging qui te vont encore et les tee-shirt de sport XL de ton mari.
Aigreur d'estomac, nous voilà. C'est également une période magnifique où le petit pain qui est dans ton four a fait déménager ton système digestif ailleurs voire si il y est.

Mais ma grossesse ça a aussi été les petits coups de pieds de l'alien que j'ai fait découvrir avec tendresse à mon mari, neuf mois de zenitude intense plein de projet de photo qui ne se sont jamais fait et l'entrée dans une nouvelle communauté : celle des mamans.




*duiduiler, verbe issu du jeu de mot à deux balles : les culturistes enduits d'huile- les culturistes en duiduile... Le "duiduile" est donc un slibard et "duiduiler" signifie enduire d'huile. Cherchez pas.

2 commentaires:

  1. J'adore :-) J'en suis qu'à la deuxième partie, mais je me reconnais déjà complètement là dedans. Merci !

    RépondreSupprimer
  2. Oh, une maman attaquée par un alien ! Bienvenue au club :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...