samedi 26 février 2011

Les médecins et moi

Je suis toujours surprise de constater qu'après neuf ans d'étude, la majorité des médecins que j'ai croisée ne sont pas fichu de diagnostiquer autre chose que le rhume. Et en plus, ces grands messieurs (et parfois ces grandes dames, j'en ait aussi croisé), vous servent ça sur un plateau dorée. C'est la science de mots barbares contre l'ignorance crasse du bon peuple. Mais ne généralisons pas, quand on devient mère, on arrive de l'autre côté de la barrière. Là tout est soit trop simple, soit trop compliqué. Je ne vous parles pas de cet urologue qui me parlait du "zizi" de mon fils ("zizi"! ça c'est du scientifique) , et qui m'a dessiné un énorme phallus pour m'expliquer en quoi consistait la reconstruction qu'il allait faire. Explication qui se résumait à dessiner une grande bite, tout à fait similaire aux bites que les étudiants dessinent un peu partout. Tables, murs, notes de cours, y en a qui continuent très loin dans leurs études. bac+5 j'en vois encore et apparemment y en a qui prennent l'urologie comme spécialité pour continuer d'en dessiner dans leur profession.
Je crois que la palme revient à ce gynécologue qui après avoir entendu que je ne supportais pas le paternalisme des médecins, m'avait donné une petite tape derrière la tête (véridique) quand j'avais émis l'hypothèse d'un accouchement à domicile.
J'ai croisé des médecins absents, trop pressés pour vous expliquer de quoi vous souffrez, ou trop pressés pour prendre le temps de trouver le bon diagnostic. Mais bonne bête, je m'évertue à remettre ma santé entre leurs mains à chaque fois que c'est nécessaire. C'est ainsi que l'année dernière j'ai du passer une radio des poumons avant d'être hospitalisée d'urgence pour une infection de l'utérus ! Je n'en voulais pas à ce brave médecin, dont la description vous semblera tout droit sortie d'un roman. Le ventripotent vieux docteur myope (digne d'une boutique de farce et déguisement ses lunettes !) m'avait accueillis dans un cabinet meublé de mobilier en bois massif vernis et d'une peinture de 1x2 mètres représentant un énorme cochon violet

.

5 commentaires:

  1. Voilà, voilà. Ici aussi de belles expériences bien comiques (après coup hein, parce que sur le coup c'est plus lacrymal en fait!) Bon j'espère que ton petit (et ton utérus) vont bien.
    PS:Beh oui c'est logique, on regarde les poumon quand on a mal au ventre non? Et un scanner du cerveau en cas de cors aux pieds!!
    Allé j'ai bien rigolé en buvant mon café, merci :)

    RépondreSupprimer
  2. J'en ai trouvé un seul conforme à mes exigences, mais j'ai dû le quitter pour cause de déménagement. Je le regrette. J'ai eu moi aussi toute une panoplie de d'urluberlus,dont je pourrai faire un livre tant certains étaient caricaturaux. J'ai quitté l'avant dernier au moment de la grippe l'an dernier. J'étais dans la salle d'attente avec ma fille nous portiens des masques car nous pensions être contaminées. Il nous a laissées poireauter dans la salle pleine de monde, alors que tous s'éloignaient de nous. Pourquoi. Parce que monseigneur le cardinal de Bordeaux, venait d'arriver. Et sa première question fût " Vous n'avez pas reconnu Monseigneur ? "

    RépondreSupprimer
  3. @justine. Mon utérus et mon petit vont désormais très bien :D
    De rien

    @la méli mélo. J'avoue que le coup du cardinal c'est très sympa.

    RépondreSupprimer
  4. J'avais trouvé un très bon médecin traitant. Il m'a appris hier qu'il partirais à la retraite le 1er avril...
    C'est tellement dur de trouver un bon médecin, pourquoi m'abandonne-t-il ? :(

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...