mardi 8 mars 2011

8 mars-Journée mondiale de la femme

Vous seriez surpris d'apprendre tout ce qu'un pénis peut faire. Moi je croyais qu'il servait à
1) Uriner
2) Copuler

Tenez vous bien, un pénis ça sert à beaucoup d'autres choses (attention, à moi les recherches google débiles, maintenant que j'ai cité deux fois le mot pénis [trois fois maintenant] dans un même article).

Alors je vous fais la liste non exhaustive de tout ce que cet appendice peut faire:
Diriger
Prendre des décisions
Gagner de l'argent (gain de + 20%, c'est un bon investissement apparemment),
conduire une voiture (que toutes celles qui s'imaginent un pénis au volant d'une voiture lève la main)
Faire la guerre (à tout ceux qui m'ont dit que la femme n'avait pas sa place dans l'armée quand j'ai présenté le concourt d'officier supérieur de Navale)
Écrire des livres qui auront un prix Goncourt
Aller à l'académie (doit y avoir un scanner à l'entrée, là bas c'est pas la reconnaissance d'iris mais la reconnaissance du... Tiens ça rime)
Faire des mathématiques

Dites moi si vous en voyez d'autre. Après avoir lu tout ça on jurerait que c'est le dernier gadget indispensable à aller acheter tout de suite.

Non plus sérieusement. Aujourd'hui je me demande ce que je pense de la place de la femme dans la société. Celle que je veux pour moi pour commencer. Je me revendique féministe, mais ne me reconnais pas dans le féminisme actuel.

Je suis une femme qui croit que les femmes sont différentes des hommes. Je suis une femme qui croit que la maternité est une tâche divine. Je suis une femme qui pense que l'homme n'est pas sans la femme et la femme sans l'homme. Je suis une femme qui pense que la valeur des filles de Dieu est immense, et n'est pas dans leur aptitude à ressembler à des canons érigés par des hommes. Je suis une femme qui pense que mon mari est mon partenaire. Je suis une femme qui fait la louange de l'éducation de ses sœurs. Je suis une femme qui ne pense pas que le rôle des hommes et des femmes sont interchangeables.

Le monde que je veux est un monde où une petite fille grandit avec l'assurance qu'elle a une valeur personnelle qui ne dépend pas du regard que posent les garçons sur elle. Une fille qu'on poussera à faire des études. Quand elle sera plus grande cette fille choisira un garçon qui la respectera et qui l'aimera pour ce qu'elle est. Ensemble ils fonderont une famille. Elle élèvera ses enfants et son travail sera reconnu comme ayant une grande valeur. Et dans cette tâche elle sera aidée par son mari, elle aura les mêmes vacances que son mari, les mêmes week end, les mêmes soirées. Mais on lui aura appris à s'en sortir sans son mari, et son mari saura s'en sortir sans elle. Quand elle aura fini sa tâche et que ses enfants seront adultes, elle n'aura pas de difficultés à trouver un emploi à la hauteur de ses capacités, elle se lancera dans la politique si elle le veut, montera son entreprise si elle le veut.

Je finirai avec une réflexion de féministe russe qui illustre le non sens que sont les revendications de certaines féministes européennes :
Quand les féministes européennes avaient obtenu le droit de descendre dans les mines, cela faisait bien longtemps que les féministes russes avaient obtenu de ne plus y descendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...