mardi 28 juin 2011

Le syndrome de la petite fille sage, tiré de "Et ils n'avaient point honte, renforcer le mariage par l'épanouissement sexuel"

Résumé de l'introduction et du premier chapitre : Le syndrome de la petite fille sage.



Deux missionnaires sont en train de parler avec un pasteur protestant. Ce dernier leur demande quelle est la position de l'église sur la sexualité dans le mariage. Silence embarrassé. Il reformule la question, un des deux missionnaires fini par dire l'unique réponse qui lui vient à l'esprit - Nous y croyons monsieur.
   
Une première remarque sur l'expression "ne faire qu'une seule chaire" qui est reprise 7 fois dans la bible. L'unicité n'est pas seulement de cœur ou d'esprit, mais concerne bien le corps. Je n'irais pas plus loin, l'auteure reprend de nombreux discours, écritures, qui confirment que la sexualité au sein du mariage est une chose approuvée et voulue de Dieu lui même. Il a crée nos corps, et le plaisir. La sexualité n'est pas seulement la reproduction. C'est un discours communément admis dans l'Église. Seulement, dans les faits, une partie non négligeable des femmes mariées ne voient pas la sainteté des rapports sexuels.

(témoignage extrait du livre)
Le sexe pour Janet était sale, immoral et mauvais, quelque chose qu'on lui avait enseigné de NE PAS faire. Elle se demandait en quoi les relations sexuelles étaient appropriées même au sein du mariage. Le sexe n'était pas mal si elle et son mari essayaient d'avoir un enfant, mais chaque partie de sexe "extra-curriculum" et "recréative" lui donnait un sentiment de souillure et d'absence de droiture. 

Il y a trois grands fléau qui empêchent les femmes de voir la sainteté du sexe et qui entrave leur épanouissement, et par ce biais l'épanouissement de son conjoint qui se voit rejeté régulièrement, et n'a ni l'aspect qualitatif, ni l'aspect quantitatif d'une vie sexuelle équilibrée.

Quand on enseigne l'aspect profane et sale du sexe dans la famille

Le premier fléau se situe dans la famille elle même : quand les parents sont eux même peu convaincus et que l'éducation sexuelle est peu ou pas enseignée. De même, pendant la prime enfance, le comportement des parents est primordiale. Un enfant partira forcément à la découverte de son corps, de toute les parties de son corps, et bien sur de ses parties génitales, et s'y attardera peut être même un peu plus que le reste de ses membres. Quand un adulte réagit systématiquement négativement à cela, quand il emploi des mots comme "sale" ou "dégoutant" pour qualifier ses gestes, l'enfant assimilera peu à peu que son corps est bon, SAUF cette partie la, voir la fera totalement disparaitre de sa cartographie mentale. De même insister sur le fait que cette partie du corps ne sert qu'à uriner, n'aidera pas à construire une image positive de son sexe.
Quand il grandira, l'enfant entendra-t-il les adultes parler de sexe ? Si ses parents sont eux même "coincés" avec ce sujet, il y a fort à parier que l'enfant, puis l'adolescent pensera que c'est un sujet qu'il n'est pas sain d'évoquer.
Enfin, en utilisant des mots vulgaires ou ridicules pour désigner les parties intimes du corps (c'est parti pour les zizi, kiki, foufoune, néné, nichons et autres joyeusetés), on ne participe pas à élaborer une image de la sexualité comme quelque chose de sérieux et de saint. L'église elle même, dans un manuel destiné à aider les parents à aborder l'éducation sexuelle, dit que nous devons appeler ces partis de notre corps par les mots appropriés. Bonjour pénis, vagin, vulve, clitoris, gland. Si vous avez tiqué en lisant ces mots c'est que vous non plus vous n'êtes pas à l'aise avec cette partie de votre corps. 
Bref, l'enfant arrivera à l'age adulte avec une vision erronée du sexe, une vision tronquée et souillée de la sexualité et de leur propre sexe.

La mauvaise influence d'un enseignement religieux biaisé et incomplet

En voulant enseigner la loi de chasteté à nos jeunes, en voulant les préserver de la fornication, nous finissons par ne parler du sexe que pour parler de l'interdiction qui le concerne. Comment après avoir entendu pendant toute son adolescence qu'il ne fallait PAS avoir de rapport sexuel, peut on lui dire un jour avant son mariage "au fait, on t'a dit jusqu'à présent que c'était pas bien, demain ce sera plus le cas". Petite parenthèse sur moi même : j'ai dépensé tant d'énergie à ne pas penser au sexe le mois précédent mon mariage, que le jour du mariage je me suis surprise à dire à mon mari que je n'en avais bizarrement pas du tout envie.
Un autre aspect dramatique de la mauvaise utilisation des enseignements de l'église est la façon dont on enseigne la pudeur aux jeunes filles. Bien souvent on enseigne aux jeunes filles que des vêtements impudiques incitent les jeunes gens à pécher et leur fait avoir de mauvaises pensées. Pourtant le message de l'église est que notre corps est saint, que nous devons pas l'exposer à tous, nous en servir pour attirer l'attention sur nous, et que l'impudicité doit être combattue en augmentant la confiance en soit et en donnant aux jeunes filles la conscience d'une valeur personnelle. Mais au lieu de ça, on leur dit "vous n'avez aucune idée de se qui se passe dans la tête des garçons quand vous faites ça". En faisant cela, on leur enseigne que l'homme est un être aux pulsions incontrôlables, et on déresponsabilise les jeunes gens. On fini par donner aux hommes une image de prédateur sexuel.
Nous devons enseigner la loi de chasteté, mais nous devons également enseigner à nos adolescents le but de la loi de chasteté: préserver la sainteté des relations sexuelles pour le but sacré qu'il doit remplir.


Quand le monde participe à salir l'image du sexe

Quand nos jeunes ont pour seule image de la sexualité ce qu'offre le monde (pornographie, publicité, film mettant en scène l'érotisme, l'adultère et la fornication, faits divers glauques, etc.), ils continuent de ne voir dans le sexe qu'un péché. Parce que c'est la seule forme que le monde propose. Le sexe est une chose sainte, à chaque fois qu'il est traité avec vulgarité, à chaque fois qu'on excuse son utilisation en dehors du mariage, on contribue à l'associer au péché. Si les parents ne parlent jamais de l'aspect saint des relations conjugales avec conviction, la seule vision du sexe que les enfants auront sera celle du monde, qui n'est pas sainte du tout.


En conclusion, après avoir subi ces trois influences, la jeune fille moyenne se heurtera au syndrome de la petite fille sage. Et le sexe ne fera pas parti pour elle de ce que font les petites filles sages.


Home Work

Avez vous les symptômes du syndrome de la petite fille sage ? Noter de 0 à 10 chacun des symptômes en fonction de la façon dont ils affectent votre vie.

-Embarras, inconfort ou incapacité de discuter de façon appropriée des sujets liés au sexe
-Croyance que le sexe est mauvais, sale et est un péché
-Manque de connaissance à propos du but divin de la sexualité, en particulier ignorance du fait que Dieu l'a crée autant pour le plaisir que pour la procréation
-Incapacité à se relaxer et se laisser aller pendant les rapports sexuels
-Ne profite pas des rapports sexuels, le fait par devoir
-Impression que si on fait "ce qu'il faut" (ndlr : payer sa dîme, lire les écriture, faire une mission, être chaste avant et après le mariage, etc.) tout sera heureux dans le couple
-Inhibition, sentiment de honte innaproprié associé aux rapports sexuels dans le mariage
-Inconfort ou dégoût pour les parties intimes du corps et pour leur fonction.

Surmonter le syndrome de la petite fille sage
-Réfléchissez au conditionnement que vous avez subi, priez pour que l'esprit vous guide vers les personnes et les ressources dont vous avez besoin pour vous aider
-Écrivez vos pensés et vos sentiments à propos du sexe, en utilisant votre main non-dominante (ndlr : technique utilisée en psycho pour obtenir des réponses que vous refoulez inconsciemment).  Répondez honnêtement aux questions suivantes : (1) Qu'est ce que je pense du sexe ? Comment je me sens par rapport à ce sujet ? (2) Qu'est ce que je pense de mon corps... De toutes les parts de mon corps? (3) Que m'a-t-on enseigné à propos du sexe ? (4) à mon avis, que pense Dieu à propos du sexe ? (5) Quelle importance ont les relations sexuelles dans mon mariage ?
-Planifiez un moment pour parler de cela avec votre époux. Parlez de ce que vous avez appris
-Envisagez de cherche un professionnel pour vous aider dans ce travail.


Prochain chapitre : La sainteté des relations sexuelles dans le mariage- construire une fondation de foi

2 commentaires:

  1. I do not have that syndrome of the "petite fille sage". It is just that so many men use women just for their sexual pleasure and exploitation.. It is also that so many men cheat. It is also that true love is so very rare in today's world between spouses. It is also that men need to really rethink the way the treat and view women, crazy about them when they are young and sexy or at the beginining of a relationship and then discarding them for new objects to conquer.. It is also that you never know about your partner and we all know that many cheat or have no real consideration for their partner. It is also that it is very uncertain and very risky.

    So though i agree with your article, i know also from experience and the way things go what the deal is and i find it very rotten.

    When i was much younger, i used to have this idealistic view of marriage and love and saw it the way you do as a way to express fove to someone and the fulfilment of our natrual desires in a safe, lasting and loving relationship that encompassed also many more aspects of a what a relation between two people should be and what marriage and a family should also be. I no longer feel that way though i sincerley hope that that kind of relationship still exists.

    I found your article very interesting.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. It seems that you went through hard desillusions :/

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...