mardi 14 juin 2011

nouvelle campagne contre le viol conjugal

Les hommes s'insurgent, et ils ont raison. Comment faire pour que la protection des femmes victimes de viol conjugal ne se fasse pas au détriment de la protection des hommes contre la calomnie. Parce que rappelons-le, le viol conjugal est difficilement démontrable.

 

Cette nouvelle campagne de publicité du collectif féministe contre le viol conjugal va peut être faire le buzz. En tout cas elle est diffusée en france à la télévision, à des heures de grande écoute. J'ai lu beaucoup de réactions extrêmement négatives, d'hommes qui se sentaient menacés, qui se demandaient si on n'allait pas un peu trop loin. Pourtant quand j'ai vu cette vidéo avant de penser aux femmes qui voudraient accuser leur compagnon de viol pour se venger d'une quelconque dispute, j'ai pensé à I. une amie qui a prononcé exactement les même parole : "c'est quand il veut, où il veut".
Pour ceux qui pensent qu'il ne peut pas y avoir de viol entre époux légitimement mariés, voici l'histoire de I.
Elle s'est mariée avec quelqu'un que tout le monde disait gentil, quelqu'un qui partageait sa foi et ses convictions. Mais dès la nuit de noce, il n'y a pas eu un rapport qui ne s'est pas fait sans douleur, sans contrainte. Son époux s'est avéré être un menteur, couvert de dette, voleur, violent, paresseux.
Quand quelques mois après elle a décidé de divorcer, parce qu'il commençait à devenir violent en dehors du lit, il lui a dit qu'elle n'avait pas le droit, qu'elle lui appartenait.

Parce que quitter un homme qui ne vous aime pas n'est pas facile, parce que l'entourage ne comprend pas, parce que vous ne voulez pas faire du mal à ceux qui vous entourent en traçant un portrait qui ne colle pas avec celui qui est votre mari, parce qu'il y a parfois nul part où aller. Pour toute ces raisons je salue cette campagne qui rappelle que le viol conjugal existe, qu'il y a une solution de prise en charge.
L'appel de cette campagne n'est pas pour la punition des maris, mais pour la fuite des épouses.

Le viol conjugal est une réalité, je ne pense pas que le petit ami qui a été un peu trop insistant doit se sentir menacé. Je pense que ceux qui crient haut et fort que c'est n'importe quoi ne savent pas qu'il y a des situations dramatiques, où avoir un numéro à appeler c'est la seule chose qui peut sauver.

4 commentaires:

  1. "Je ne ferais l'amour qu'en présence de mon avocat!". Je vous propose une analyse des objectifs inavoués de cette campagne contre le "viol conjugal", visant en fait à détruire la notion de couple stable et aimant:

    http://www.mai68reloaded.com/2011/pas-ce-soir-cheri-jai-proces/

    Benjamin

    RépondreSupprimer
  2. C'est trop facile Benjamin, je ne suis pas d'accord avec vous, et je suis contente que ce genre de campagne publicitaire existe.
    Il y a trop de viol conjugale, quand c'est NON c'est NON! CERTAINS hommes usent trop souvent de leur forces physique pour forcer des rapports sexuelles non consentit.
    C'est INJUSTE !
    Une femme ne portera pas plainte pour VIOL si ce n'est pas vrai, au vu de la lourdeur de la procedure judiciare, des convocations a repetition, des analyse psy, raconter raconter devant devant des magistrats et étrangers son viol, et toute la lourdeur et conséquences sur le cadre familiale. Les heures chez le psychologue, les conséquences sur le travail car on a des periodes ou on n'est pas concentré à cause de toute ca, rester objectif car pn a eu des enfant avec ce violeur en LIBERTE donc je dis NON, même s'il existe des menteuse, on ne doit pas confondre toute le monde.
    On ne porterais pas plainte s'il n'y a pas eu VIOL, c'est deja tres douloureu a porter, donc on se passerais bien des personnes comme vous qui nous jugent a nouveau, alors que c'est NOUS qui avons subit ces agressions.
    J'ai été victime d'un viol de mon ex-concubin , et l'affaire est toujours en cours, il a le droit devoir sa fille hors espace mediatisé.
    Donc je dis NON, NON on ne porte pas plainte pour RACONTER des histoires !

    RépondreSupprimer
  3. Même si Benjamin ne repassera certainement pas, merci d'avoir laissé ton commentaire indigné. C'est quand ce sera plus un tabou qu'on arrêtera de traiter les victimes de menteuses, parce qu'on ne pourra plus décemment traiter de menteuse notre mère, notre soeur, notre voisine de pallier... et 1/3 des femmes qui nous entourent qui ont subi des violences sexuelles dans leur vie. C'est un phénomène de société, pas un truc anecdotique :(

    RépondreSupprimer
  4. Est ce qu'une vidéo aide les victimes à parler? J'pense que c'est le genre de petite voix qui leuyr dit "nan,il a pas le droit" et ça c'est important parce que pour pouvoir se relever faut accepter de reconnaître qu'on est tombé et que ce soit volontaire ou non!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...