mardi 30 août 2011

Ce que m'a apporté "And they were not ashamed"

Je suis désolée, je vais m'arrêter pour le résumé du bouquin parce que sans le dit bouquin ça commence à être hardos. Par contre je vais faire le point sur ce que m'a apporté ce livre, à moi personnellement (et à ma vie sexuelle of course).


J'ai compris l'importance du clitoris.


J'ai fait un tas de bêtises avant de me marier, par contre la masturbation n'en faisait pas parti. Avec une éducation sexuelle défaillante de ce coté là, et pas de pratique de ma part, le clitoris était tout simplement le grand oublié de ma sexualité. ça explique certaines choses...


J'ai réussi à comprendre que le sexe était quelque chose de sacré


Je connaissais la théorie, mais dans la pratique j'étais choquée ou amusée (selon les périodes) de voir que le livre Cantique des Cantiques avait sa place dans la bible.
Je vous laisse lire Cantique des Cantiques 5:4,5

"Mon bien-aimé a passé sa main par une ouverture, et mes entrailles se sont émues pour lui. 5.5 Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé, et de mes mains dégouttait la myrrhe, de mes doigts la myrrhe liquide sur la poignée du verrou."

Je vous laisse faire vos propres conclusions sur ce que cela décrit. Bref, j'ai pris conscience que la sexualité devait être quelque chose de sacré. Après mes années hors de l'église j'avais acquis une opinion où le sexe était réjouissant quand il était sale et dégradé. Dès que j'essayais d'adopter un comportement sain je trouvais le sexe répugnant.


J'ai compris que j'étais actrice de ma libido


J'étais dans une situation où je me lamentais sur le fait que j'avais rarement envie de sexe. Quand j'ai lu que l'excitation n'était pas le premier stade du rapport sexuel pour la femme, j'ai opté pour une autre attitude. Je devais CHOISIR. Je devais me préparer, décider de nous donner une chance d'avoir un rapport sexuel et être active plus que passive. ça s'est traduit en pratique par le fait que nous nous embrassons et nous enlaçons plus pendant la journée et par le fait que j'ai accepté que mon cerveau puisse avoir envie de sexe avant mon corps. Et bien sûre cela s'est également traduit par le fait que je suis devenue physiquement plus active pendant les préliminaires.


J'ai compris que mon mari ne pouvait pas deviner ce qui me ferait plaisir


Nous communiquons donc simplement beaucoup plus pendant nos rapports sexuels et même si la pudeur reste souvent un obstacle, nous nous efforçons de ne pas laisser de tabou s'installer.



Et les résultats dans tout ça ?


Pendant un premier mois j'ai lu ce livre et j'en ai parlé à mon mari qui écoutait d'une oreille attentive. Mon comportement a commencé à changer. Je vais parler chiffre : Au début de notre mariage nous avions une moyenne de un rapport sexuel par semaine. Il y avait beaucoup de refus de ma part, il y a eu quelques rejet assez violents même où je m'énervais presque me sentant lésée. Pourquoi lui jouissait et pas moi. Donc mon époux était frustré (mais très patient) et j'étais plutôt saturée et insatisfaite.
Pendant le premier mois qui a suivi ma prise de conscience nous avons vaillamment et joyeusement pratiqué assidument avec une moyenne de six rapports sexuels par semaine.
Un mois après, premier orgasme pour moi (je le savais que ça pouvait pas être aussi médiocre)
Nous sommes maintenant dans une phase de stabilisation avec trois, quatre rapports par semaine. Et devinez quoi... ça nous va très bien à tout les deux.

Bon, le nombre de rapport sexuel en moyenne par semaine ça peut paraitre un peu bizarre comme approche, mais que voulez vous. ça fait six mois que je pilote des projets qualité avec des statistiques. La moyenne hebdomadaire me semble donc une bonne valeur mesurable.

Voilà. Bilan très positif pour moi donc. Je me demande même si je vais pas commencer un projet collaboratif sur le sujet de l'éducation sexuelle avant le mariage avec d'autres mormons...

6 commentaires:

  1. et ben ça donne envie d le lire! :-)
    (au fait j ne crois pas que j étais venue sur ton blog avant. est tu mormone? c'est drôle, juste hier j'ai rencontré 2 garçons mormons à la rochelle et au lieu d parler d "religion" on est fini à parler du groupe interpol :-) ♥ )

    RépondreSupprimer
  2. Le livre est en anglais et s'adresse plutôt aux mormons :( (je sais que l'anglais ne te rebute pas, par contre le coté mormon...)

    Oui je suis mormone. Et bien, les missionnaires de La Rochelle ils ont l'air funky :)

    RépondreSupprimer
  3. eheheh! c'est clair! (le coté mormon ça ne me reboute pas, car je connais vraiment pas^^)

    RépondreSupprimer
  4. alors si tu trouves le livre bonne lecture :)

    RépondreSupprimer
  5. Je dois avouer que l'anglais et le fait que ça s'adresse aux mormons me rebutent un peu, alors que j'ai adoré tout ce que tu viens de raconter. Pourtant, je pratique aisément l'anglais et je n'ai rien contre les mormons dont je ne sais pas grand-chose mais... flemme quoi ! Tu connais le livre "femme désirée, femme désirante" ? je dis ça à tout hasard parce que je n'ai découvert ton blog qu'aujourd'hui donc je ne sais pas quel état ton besoin de départ à la lecture du livre dont tu parles.

    RépondreSupprimer
  6. tiens, non, je ne connais pas ce livre. Le titre m'intrigue, je vais peut être essayé de le trouvé dès mon retour.

    Je comprends pour la flemme, perso je sais même pas comment j'ai trouvé la motivation pour le lire, les livres en anglais... Comment dire... C'est pas mon trip.
    Et puis si moi je me suis très bien retrouvée dans ce bouquin, c'est justement parce que c'était de mormon à mormon. Il m'est arrivé de lire des trucs écrit par des catho pour les catho, j'arrêtais pas de buter sur le vocabulaire, certains dogmes, etc. Bref, c'est un peu pratiquer une langue étrangère.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...