dimanche 1 juillet 2012

Mon avis sur l'homosexualité

Et paf ! Dans ton google.

Il y a quelques années, ma mère a témoigné dans une revue mormone de la façon dont elle avait combattu la dépression. Dans un premier temps, beaucoup de personnes sont venues me trouver pour me dire à quel point ce petit texte d'une demie page avait brisé un tabou, leur avait fait du bien et représentait un acte courageux. Certains qui connaissaient mes parents l'ont accusée de trainer mon père dans la boue (il n'était pas du tout cité, mais implicitement c'était dire qu'il avait échoué en tant que mari puisque sa femme était dépressive). Puis j'ai réalisé à quel point cet acte était courageux puisque désormais, tous ceux qui avaient lu cet article lui ont collé l'étiquette de dépressive. Certaines réflexions des années après la publication me l'ont confirmé.

Pourtant à l’extérieur, peu de personnes peuvent dire que ma mère a traversé des épisodes de dépression très grave. Moi même j'identifiais ces périodes comme des périodes de fatigue alors même qu'elle songeait à se prendre un platane. Oui, chacun a son suicide type, bizarrement quand elle m'en a parlé par la suite, il s'est avéré qu'elle avait toujours associé la possibilité de mourir avec un fracas de taule contre un platane, mais bon, on s'en fiche, vous êtes certainement en train de vous demander quel est le rapport avec l'homosexualité. Le voici.

Tout comme ma mère, je prend aujourd'hui le risque d'avoir une étiquette que beaucoup trouvent dérangeante.

Je suis bisexuelle. Et je suis mormone.


J'aimerai dire aux hétérosexuels que ce n'est pas quelque chose que l'on devient avec son environnement. C'est au fond de vous et ça se développe pendant votre adolescence quand votre sexualité se construit. Ce n'est pas le fait d'un traumatisme, d'une éducation ou d'une envie d'être originale. La première fois que j'ai compris que quelque chose clochait, j'avais une dizaine d'année.


Ma sœur jumelle est bisexuelle, et elle n'a subi aucune expérience traumatisante à part un chien qui l'a mordu quand elle était petite et une chute de vélo. Je dis ça pour ceux qui se baseraient sur mon vécu pour expliquer ce qu'ils ne comprennent pas. Nous n'avons pas d'homosexuels dans notre entourage familiale et l'homosexualité a toujours été condamnée dans notre éducation. Ça a été ma preuve que c'était inscrit au fond de moi, au fond de mon ADN qui est le même que celui de ma sœur jumelle.

Je sais ce que c'est que de se dire qu'on ne devrait pas avoir ce genre de pensées, de rêves ou d'attirance. Je sais ce que c'est que de penser qu'on est quelqu'un de pervers et bizarre les jours où on a la foi. Je sais ce que c'est que d'entendre les gens qu'on aime, dire des choses qui sont fausses, sans pouvoir ouvrir la bouche. Je me souviens de la panique quand j'ai mis un mot la dessus. J'étais pire qu'une homosexuelle. J'étais même pas orientée. Quand j'étais hors de l'église je pensais que c'était mes péchés qui me rendaient comme ça. Que si j'étais chaste, je ne serai plus attirée par certaines filles. Puis je suis retournée à l'église, j'ai remis ma vie en ordre. J'ai vécu à nouveau comme une parfaite mormone. Je priais, lisais les écritures, remplissais mes appels, avais des expériences spirituelles très puissantes. Je me sentais en paix avec moi-même. Je sentais que Dieu approuvait ma vie. Et devinez quoi. Il m'arrivait encore d'être attirée par certaines femmes, comme je pouvais l'être parfois par des hommes.

Aujourd'hui je n'ai plus de problèmes avec ça. Je sais ce que je suis et je ne considère plus cela comme un péché. Mon mari sait ce que je suis. Quelques homosexuels et bisexuels mormons aussi. Quelque part, cette non orientation ne m'a pas empêchée de me marier au temple avec un homme que j'aime profondément. Je traite mes attirances pour les femmes comme celles pour les hommes : je les traite comme des attirances qui visent quelqu'un d'autre que mon mari. Et comme je veux être fidèle en pensée et en action, je n'encourage pas ce genre de pensées. C'est tout.

La position de l'église est la même que la mienne : L'attirance pour le même sexe n'est pas un péché. Les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont un péché. Je suis contre le mariage homosexuel. Le mariage est une institution divine à mes yeux et elle a été crée pour être contractée entre un homme et une femme. Je sais qu'on peut faire le choix de vivre selon les standards de l’Église tout en ayant une attirance pour le même sexe. Enfin, je crois aux miracles, mais dans l'immense majorité des cas, l'homosexualité ne se guérie pas. Personnellement, je ne connais aucun cas de "guérison". Je crois que quelque soit le choix d'une personne homosexuelle mormone (vivre selon les standards de l'église ou assumer leurs relations homosexuelles) nous ne devons pas la rejeter ni la résumer à cette partie d'elle-même.

Je ne me définie pas comme bisexuelle. Je suis plein d'autres choses.



Pour ceux qui ne parlent pas anglais, c'est des témoignages d'étudiants homosexuels de l'université mormone BYU qui expliquent comment ils se sont senti quand ils s'en sont rendu compte, l'âge auquel ils se sont aperçu qu'ils étaient différents, les sentiments de souillure et de solitude qui ont suivi ainsi que les remarques des gens qui ne savaient pas (exemple :"ma sœur m'a dit un jour qu'elle ne voudrait pas confier un enfant à un homosexuel, parce qu'ils étaient déviants"). Ils expliquent comment ils ont essayé de changer en faisant tout ce qu'un bon mormon faisaient, leur désespoir de voir qu'ils ne correspondaient pas aux valeurs dans lesquelles ils croyaient. Puis la paix qu'ils ont reçue quand ils ont compris que Dieu les aimaient, avec leur homosexualité.

En parallèle il y a des stats et des citations sur l'homosexualité à BYU, le nombre de tentatives de suicides des mormons homosexuels, leur nombre, l'évolution du code d'honneur qui permet désormais aux étudiants de dire qu'ils sont homosexuels.

La conclusion étant que les choses vont mieux. Et qu'il y a des mormons qui vous aiment, même si vous êtes homosexuels.

22 commentaires:

  1. Je trouve ton témoignage très courageux et très fort. Une fois de plus la dimension religieuse m'échappe.
    Mais je suis plus que d'accord avec toi sur le fait qu'on ne doit pas être résumé à une de nos identités. On nous résume toujours à notre caractéristique qui , dans notre société, est la plus marquante . Pourtant ce n'est pas forcément cette identité qui nous définit mieux qu'une autre. j'ai lu un très bon bouquin sur cette notion. Les Identités Meurtrières d'Amin Maalouf.
    Bref, tu l'auras compris, je suis très sensible à ta vision des choses.
    Par contre un truc me chifonne. tu écris "Je sais qu'on peut faire le choix de vivre selon les standards de l’Église tout en ayant une attirance pour le même sexe. Enfin, je crois aux miracles, mais dans l'immense majorité des cas, l'homosexualité ne se guérie pas. Personnellement, je ne connais aucun cas de "guérison". "
    et enf ait deux choses me chiffonent... hihi
    Premièrement tu sous entends que tu as fait l'effort, pour être en accord avec ta religion, de "diriger" ta vie de manière à épouser un homme. Je ne doute pas de l'amour que tu portes à ton mari. Ceci dit de toute façon cela ne me regarde pas. Par contre je me demande si tu as volontairement écarté la possibilité de tomber durablement amoureuse d'une femme.
    Et deuxièmement ton terme de guérison, même entre quillemets me choque. cela sous-entend maladie. Or la préférence sexuelle ne peut rien avoir à faire avec la maladie. C'est un état, c'est ainsi, dû aux hormones, à l'adn, que sais-je, c'est ainsi. Ce n'est pas la majorité mais ce n'est pas non plus une si faible minorité de gens.
    Bref, je n'ai pas compris ce passage de ton article.
    Allez, conne continuation à toi et bonnes réflexions puisque tu sembles très productive de ce côté là ! (sourire)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) Je me suis mal expliqué : Je n'ai pas quitté l'église pour être en couple avec une fille. Je vivais en concubinage avec un homme. Mon retour à l'église n'a donc pas été si différent de celui d'un hétéro.

      Et oui, j'ai volontairement évité de tomber amoureuse de filles, tout comme j'ai évité de tomber amoureuse de types mariés, de garçons très attirants mais pas très intelligents ou tout simplement en dehors de ce que je voulais pour être en famille. Je n'ai pas renoncé à une femme, mais à des centaines de milliers de crush qui ne correspondaient tout simplement pas à l'idée que je me faisais de quelqu'un à qui je dirais oui pour la vie. C'est pas brider mon bisexualité, c'est vivre la monogamie.

      2) L'être humain optimal a 10/10 de vu, pas de problème de digestion, fécond et hétéro, etc. C'est comme ça que l'espèce se reproduit. Je considère donc l'homosexualité comme étant un dysfonctionnement, au même titre que la myopie ou l'infertilité. Mais je ne considère pas cela comme une maladie puisqu'elle ne guérit pas.

      Supprimer
    2. Je trouve ça tellement dommage de voir l'homosexualité/la bisexualité comme un dysfonctionnement.
      On parle de dysfonctionnement quand une machine ne fait plus ou mal ce pour quoi elle a été faite. Comme une machine a laver qui ne passerait pas par l'étape "essorage" quand tu lui fais laver des vêtements. Par exemple.

      Si tu considère l'homosexualité comme un dysfonctionnement, c'est peut-être parce que tu sais que qui dit homosexualité dit non reproduction. Donc pas de descendance ni de perpétuation de l'espèce.
      Donc, j'en conclue (peut-être que je me trompe, mais j'essaye de comprendre) que pour toi, ce pour quoi l'humain a été fait, c'est majoritairement la reproduction.

      Ce qui, me concernant, me semble bien réducteur. D'autant qu'aujourd'hui, on peut se demander si la reproduction humaine est bien indispensable. En effet, nous sommes 7 milliards d'humains sur Terre. Certains disent que nous sommes même trop nombreux. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que nous sommes bien loin d'être en voie de disparition.

      Alors, dans ce cas, est-ce bien essentiel à l'être humain de se reproduire ? Est-ce que si une partie de la population ne le fait pas notre espèce s'éteindra ? C'est peu probable, non ? Est-ce que le but à présent ne serait pas de mettre notre intelligence à profit pour vivre avec respect et harmonie avec tout ce que la nature à fait ? Est-ce que les "dysfonctionnement" comme tu dis ne sont pas des chances d'accéder à plus de tolérance et donc plus de respect ? Est-ce qu'au lieu de parler de "dysfonctionnement" on ne peut pas simplement parler de différences ? Pourquoi définir un seul humain optimal ? Ne peut-il pas y en avoir plusieurs ? Des milliers d'être humains optimaux tous différents ? Et parmi ces "êtres humains optimaux", ne peut-il pas y avoir les homosexuels, les bisexuels, les transsexuels, etc ?

      Et dans ce cas, ne peut-on pas autoriser le mariage à ces personnes ? Mariage qui serait la reconnaissance d'une égalité trop longtemps bafouée qui dicte la vie des homosexuels (et donc un peu la tienne, au final) alors que le mariage et l'adoption homosexuelle ne changerait en rien la vie des hétéros (et donc ne changerait pas la tienne, celle que tu vies à présent). Car si les homosexuels ont le droit de se marier, ça ne t'empêchera pas de vivre ton mariage avec tout le bonheur du monde. Si ?

      Supprimer
    3. Je comprend l'aspect : Pourquoi diable la reproduction serait un truc indispensable ? J'ai entendu une théorie très interessante sur une homosexualité qui en 'privant' de descendance, serait en fait l'occasion pour un humain de contribuer autrement pour l'humanité. Je dis priver entre guillemet, parce qu'un homosexuel est pas stérile en soit. Son mode de vie plus.

      Pour le mariage homosexuel, mon point de vue est purement religieux, donc l'argument sur l'égalité ne me fait pas changer d'avis (merci d'avoir essayer, c'est légitime si tu es convaincue du contraire)

      Supprimer
    4. Oui, voilà, c'est un peu ça l'idée. A vrai dire ça me fait plaisir que tu comprennes, parce qu'en général, quand je dis que la reproduction n'est pas une fin en soi, on me taxe d'eugéniste.

      Concernant le mariage, oui, c'est sans doute parce que je ne le vois comme un acte religieux (je n'adhère pas vraiment à une quelconque religion même si des aspects spirituels de pas mal d'entre elles me parlent. Le terme qui se rapproche les plus de ma vision des choses est l'agnosticisme). Je vois plus ça comme une union légale.

      Alors oui, effectivement, il y a le Pacs. Mais ce qui m'embête, c'est qu'on fait volontairement une séparation. Il y a d'un côté les homos et de l'autre les hétéros. Pour moi, ça contribue à alimenter l’hétéro-normativité. La théorie selon laquelle les homos et les hétéros sont différents. Et je trouve ça anormal. Après, si ça se trouve je me goure totalement et on pourra parfaitement évoluer dans un monde d'égalités et de tolérance tout en séparant unions homosexuelles et unions hétérosexuelles.
      Qui sait ?

      Supprimer
  2. Aaaaaaaaah Floriane !!!
    Tu sais quoi, jamais on ne devrait avoir honte de qui on est, je trouve ton article parfait et tres bien exprimé ! Je me considère chanceuse de te connaitre et de voir que tu arrives, contrairement a d'autres Mormons, a comprendre que le principal n'est PAS de réussir tout ce que DIeu nous commande de faire, mais bel et bien de faire son maximum pour y arriver, et que ce sera lui qui comblera les vides.

    Félicitations pour ton article, pour ta foi en Dieu et pour t'être acceptée tel que tu es ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'avais pas interprété ça comme ça. C'était plus un appel à sortir du tabou et à mieux comprendre ce que vivent vraiment les personnes ressentant une attirance pour le même sexe.

      Mais je valide complètement : On doit juste faire le maximum. Notre maximum, qui n'est pas celui des autres et qui varie avec le temps, etc.

      Supprimer
    2. Exact, le max n'est pas le même pour tout le monde et n'est pas non plus le même en fonction du temps qui passe pour une même personne. En tout cas tu travail dur pour obtenir ce que tu désirs dans ta vie, même quand c'est pas facile et ça c'est l’essentiel ;)

      Supprimer
  3. Bravo Floriane, bravo, bravo, bravo... Combien osent en parler, en étant dans la religion?
    Franchement, chapeau.

    Je ne peux rien dire d'autre. Ton article m'a profondément touché. J'aime énormément ta façon de penser. J'aime ton cheminement de pensées.
    Que Dieu te comble de Ses bienfaits. Toi et ta famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci en tout cas pour ce commentaire positif :)

      Supprimer
  4. Ce que j'ai retenu dans ton article, c'est le libre arbitre.. tout est question de volonté, la notre, et seulement nous... malgré les pensées, l'attirance pour les femmes, tu as choisi de ne pas y succomber... c'est ça vraiment qui est très intérressant, j'entends des homosexuels dire qu'ils n'ont pas le choix, qu'ils sont comme ça, ils ne peuvent rien y faire, mais c faux ! On a toujours le choix ! Tu as choisi de pouvoir avoir un mariage éternel, de fonder une famille, donc tu as choisi un homme ! lol
    Pour ma part j'aime pas les femmes, donc ça me pose pas ce problème, le mien c'est l'extême violence, au point de tuer de sang froid.. j'ai énormément était tentée... bon, je ne suis jamais passée à l'acte, mais pour te paraphrasée, je pourrais dire : je m'appelle Alison, je suis mormone et je suis une tueuse !
    hahaha ! j'en rigole mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans un sens tu as raison : On a le choix de ne pas donner suite à notre inclinaison naturelle, toi avec la violence (marrant, je t'imaginais pas comme ça).

      Mais je ne voudrais surtout pas faire croire que les homosexuels peuvent faire le choix de l'hétérosexualité. Je l'ai bien précisé, je ne suis pas homosexuelle, je suis bisexuelle.

      Supprimer
  5. "Les rapports sexuels entre personnes du même sexe sont un péché. Je suis contre le mariage homosexuel."

    Ah bon, pourquoi ?
    Les homosexuels seraient-ils des fidèles de seconde zone ?
    Pourtant Dieu est amour !?

    Serait-ce un problème d'histoire et de contexte historique ?
    Faisons un peu d'histoire de comptoir.
    L'origine de le loi est la religion et la coutume.
    La loi sert à régir et protéger des individus dans un contexte donné.
    Hors jusqu'à très récemment on luttait très mal contre la mortalité infantile.
    Par ailleurs, pendant très longtemps le mariage était une association lucrative de deux familles avant tout. Une joint venture !
    Aujourd'hui dans nos sociétés les mariages ne sont (presque ?) plus "arrangés.

    La descendance était les nouveaux piliers de cette "structure" commerciale héréditaire.
    Ma chérie, on renouvelle le board de l'entreprise !

    Depuis il y a eu le droit des sociétés, les actions... La transmission ne se fait pas nécessairement dans sa famille (?).

    J'en profite pour jeter quelques questions anodines :

    L'orientation sexuel établit-elle la morale d'une personne ?
    Peut-on aimer et être homosexuel ?
    Peut-on aimer une personne du même sexe et aimer Dieu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Laurent,

      Comme tu le dis si bien, le mariage a des origines religieuses. Intérêts économiques, descendance, etc. Un couple marié était une mini-société. Et je le considère toujours comme ça : on partage notre patrimoine, nos ressources, on a la possibilité de léguer tout ça à des enfants si on en a ou si on en adopte. Le mariage c'est aussi la fidélité dans un couple et techniquement là c'est bien un précepte religieux. La notion de famille c'est une notion religieuse.


      Maintenant je pose la question : pourquoi il faudrait rejeter l'interdit des rapports entre les mêmes sexes et conserver le mariage ? Soit la religion à tord et dans ce cas le mariage n'a pas lieu d'être, soit elle a raison et les rapports entre les mêmes sexes sont interdits.

      Je prône la liberté religieuse : L'homosexualité est interdite par les religions monothéistes, que les homosexuels qui le souhaitent, enfreignent librement des lois en lesquels ils ne croient pas. Mais qu'ils ne cherchent pas à se marier. Je suis pour l'union civile, un couple homosexuel a droit à la protection d'une union reconnue par l'état. Mais le mariage, même s'il est laïque aujourd'hui, est clairement un héritage de l'église catholique. Si on accepte qu'il soit contracté par des couples homosexuels, qu'on en change de nom, ce n'est plus la même chose.

      Pour répondre à tes questions :

      L'orientation sexuel établit-elle la morale d'une personne ?
      Non. L'hétérosexualité ne suffit pas à être un être moral, l'homosexualité ne fait pas de vous un être immoral. C'est précisément ce que je défend.

      Peut-on aimer et être homosexuel ?
      Oui. Aimer son partenaire si on en a un, ses parents, ses proches. Je ne nie pas l'amour qu'il peut y avoir entre deux hommes et deux femmes.

      Peut-on aimer une personne du même sexe et aimer Dieu ?
      Oui. Tout comme on peut être hétéro, vivre en concubinage et aimer Dieu. On peut aimer Dieu et ne pas comprendre ses lois, ou comprendre ses loi, l'aimer, les transgresser et en souffrir.

      Supprimer
  6. Je cite Paul : "C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement." Romains 1:26-27

    Je trouve paradoxal qu'on puisse se réclamer d'une foi personnelle qui proposerait de suivre certains commandements tout en en excluant d'autres par commodité. Une sorte de religion à la carte, si prisée de nos jours.

    F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Frédérique Ollive,
      Tu viens de déposer un commentaire sur mon blog, après avoir mis 14 fois que tu trouvais marrant que je fasse une fausse couche sur mon blog de maman, après avoir tenté de trouver mon mot de passe sur mon blog des news de la famille.

      Ça m'agace prodigieusement. Je t'ai déjà dit il y a quatre ans que je ne voulais pas être ton amie et que ton comportement était déplacé.

      je ne veux plus voir de trace de ton passage dans ma vie. Ce que tu fais relève du harcèlement moral et c'est puni par la loi.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. Merci pour ce message de soutien Alison :) mais j'aimerai autant qu'on s'arrête là, la seule raison pour laquelle j'ai validé son commentaire c'était pour lui demander d'arrêter puisque pour une fois il y avait un support pour lui répondre. Du coup, si d'autres ont envie de commenter son commentaire, je les supprimerai (d'ailleurs les siens aussi, le débat est clos)

      Supprimer
  7. Ce qui est punissable par la loi c'est la calomnie, lorsque tu cites à tort mon nom (quand bien même il serait mal orthographié).
    Je te saurai donc gré de bien vouloir enlever ton commentaire dans les 24 heures (soit vendredi 6 juillet 2012 en début d'après-midi), faute de quoi je serai amené à contacter l'administration de blogspot et à engager des poursuites judiciaire en accord avec les dispositions du code pénal.

    Pour information, une copie d'écran a été prise ce jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien à rajouter si ce n'est ma première demande : Tu m'importunes, sors de ma vie.

      Supprimer
  8. I know some gays and i like them because with them i do not feel threatened as i would otherwise feel with heterosexual plus they are often very nice with women which cannot be said of heterosexuals always. Finanlly, we do not know why they are that way and there is no way i am going to condemn them more than all the heterosexuals who hurt and harm women all the time and everywhere and who treat them like objects they can take and discard as they wish. if we are going to judge then we must judge everything by the same token and nobody is going to come out clean. And religions neither when you read what some teach and do to women in the name of religions.

    And i am not gay. I just think they they are not worse that many men who treat their wife badly or cheat on them or so many men who visit prostitues or lust after all the good looking and sexy women they see.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. I don't know a lot of gays and lesbiens. Some are very nice. As you say : not worst that many humans :D

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...