vendredi 9 novembre 2012

Le gygy, meilleur ami de votre vava

Vous l'aurez peut être deviné, mais le terme gygy me sort par les trous de nez... Bref...

Je vais peut être basculer vers un gynécologue pour mon suivi de grossesse et j'aime pas ça. J'aime pas ça parce que ça voudrait dire que je passe en grossesse pathologique et bon, personnellement, j'ai jamais aimé être malade.

Et puis aussi parce qu'il va falloir que j'explique à celui qui va prendre la relève pourquoi je voulais pas de lui dès le début.

Cher gygy...

Gygy versus sage femme


La grossesse n'est pas une maladie. Oui, on le dit tout le temps, alors dis moi pourquoi je devrais aller voir un médecin si je ne suis pas malade ? Parce que tu es médecin toi, et spécialiste en plus, non ? Il y a une profession toute trouvée pour m'accompagner dans mon état de grosse pas malade, c'est celle des sage-femmes.

Ah, mais oui, mais vous savez ma petite dame, on peut dire qu'un accouchement s'est bien passé que quand il est terminé, avant on ne sait pas, hein, il y a toujours un risque. OK, alors dis-moi pourquoi le fameux gygy s'est pointé quand mon fils était sorti, que la sage femme avait accompagné mes 10h de travail, les poussés et le petit soucis du bébé qui ne respirait tout simplement pas. Et puis moi tu vois, je suis hyper égoïste : je préfère les 35 minutes de consultation moyenne des sages femme, aux 10 minutes des consultation moyenne du gygy. Et la sécu aussi, parce que les deux consultations ont légèrement pas le même prix.

En fait si je vais voir un/une sage femme quand à priori tout va bien c'est parce que :
1) C'est son métier
2) Je suis une sale égoïste qui aime être écoutée (au passage, ça a permis des diagnostiques qu'avaient loupé le fameux gygy, consulté aux urgences parce que son emploi du temps est blindé de femmes qui n'ont pas franchement besoin de lui, donc que prochain rendez-vous disponible, c'est dans quatre mois madame)
3) Je suis patriote (haha) et j'aime la sécurité sociale qui a mal à son trou (oulà, c'est très tendancieux ce que je viens de dire)

Alors voilà pourquoi, cher monsieur gygy, je viens que maintenant : Parce qu'avant, il n'y avait pas besoin et j'avais pas envie.

Mais je vais aller plus loin, et je vais t'expliquer pourquoi non seulement j'ai pas envie de te voir quand je suis enceinte, mais j'ai pas non plus envie de te voir une fois par an. (article super neuneu sur l'examen annuel)

Le gygy est une dérive sexiste

Chez le gygy, t'as dix ans d'âge mentale


D'abord, poses-toi la question, pourquoi tu as hérité d'un surnom aussi débile que gygy. Est ce que les gens vont voir leur denden (dentiste), leur carcar (cardiologue) et leur... kiki (yey ! Kinésithérapeute). On va voir le cardio et le kiné, oui, je veux bien, parce que le mot est un peu long. Mais pour moi, le terme gygy illustre très bien ce qui se passe chez un gynécologue : La méga infantilisation de la femme, par elles-même d'ailleurs parfois.

Pourquoi ? Parce qu'on parle de sexe, et le sexe c'est gênant, alors l'attitude de 90% des gynécologues hommes c'est le paternalisme. Le paternalisme ça permet de pas sexualiser le rapport. Et puis chez les femmes gynécologues, c'est la froideur absolue. Parce que fatalement, elles, elles peuvent pas jouer les papas, alors elles trouvent un autre moyen de mettre une distance.

Donc voilà déjà pourquoi, je n'aime pas aller chez un ou une gynécologue : je n'aime pas le biais de comportement qui a été créé par la discipline. Pas votre faute, mais ce serait bien de s'en rendre compte. J'ai jamais croisé un autre spécialiste qui s'est permis de me mettre une tape derrière la tête comme si j'avais cinq ans.

Chez le gygy et que ça saute


Ensuite, la deuxième chose qui me dérange sévère c'est cette obsession du suivi. Vous connaissez d'autres spécialistes qui vous demandent de venir faire un bilan comme ça, tout les ans, au cas où ? Oui, voilà, le cardiologue, le dermatologue, l'urologue, vous allez me prendre un rendez-vous, allez, tous les deux ans, hein, on sait jamais.

En plus, je veux pas dire, mais je connais mieux mon vagin que mes poumons, mon cœur et ma rate, ben oui, fatalement, tu vois, je l'utilise à peut près deux fois par semaine avec mon partenaire sexuel, j'en essuie la sortie plusieurs fois par jour (à chaque fois que j'urine...) et j'ai même (enfin plus maintenant), l'insigne honneur de mettre mes doigts dedans une fois par mois (coupe menstruelle, mais aussi celles qui mettent des tampons quoi). Mais on ne sait jamais, même si tout va bien, que t'es réglée comme une horloge (haha, le jeu de mot moisi), il faudrait que t'aille te faire examiner...

Et oui, le vagin c'est mystérieux...

Vous savez, le rectum aussi c'est à l'intérieur du corps, si c'était ça l'excuse...

Et les messieurs alors ? On leur demande d'aller se faire observer le pénis tous les ans à partir du début de leur activité sexuelle ? Ben non, je vais pas tenter de dire que c'est sexiste, j'attends la réponse éclairée de quelques urologues qui seraient dans le coin. Doit y en avoir une.

Alors la contraception vous allez me dire... Ah, tiens, encore un truc que les sages femmes savent faire. Même le stérilet, elles peuvent le poser et le retirer (Source : ordre des sages femme).

Donc désolée, je ne vais jamais chez un gynécologue, pour ça, pour le fun. Et tiens, parlons en du fun, justement, c'est la dernière chose que j'avais à dire.

La funitude de la consultation chez le gygy

Alors qu'il a été démontré que le toucher vaginal systématique n'était même pas une nécessité en cas de grossesse (une grossesse quoi, encore pire qu'une fille qui a un vagin tout ce qu'il y a de normal !) et même que c'était quelque chose de négatif, chez le gynécologue, tu te retrouves systématiquement les jambes écartées à moitié (ou totalement d'ailleurs) à poils. Alors cher gygy, je vais t'expliquer comment ça se passe. Tu vois, quand je rentre chez toi, je suis en mode déconnectée : Mon vagin n'existe plus, dans ma tête il n'est plus à moi et c'est comme ça que je supporte assez bien les examens gynécologiques.

Et jusqu'à y a pas longtemps, je trouvais ça normal. Ca me permettait d'aller sans appréhension aux consultations (parce que pour d'autres, c'est pas aussi simple, certaines n'y vont pas alors qu'elles ont de vrais symptômes, juste à cause de cette perspective réjouissante de se faire triffouiller par un inconnu).
Et puis en lisant un témoignage d'ancienne prostituée qui décrivait très bien cet état de dissociation qui lui permettait d'enchainer les clients sans devenir cinglée, je me suis rendue compte que non, ce n'était pas normal. Ce n'était pas normal d'être obligé de mettre sa pudeur dans la poubelle, de désensibiliser toutes ses zones érogènes, d'être coupée en deux, la tête d'un côté, le corps de l'autre.
Et quand la dernière fois, tu m'as demandé d'enlever le bas pour une échographie où tu n'as fait que balader ta sonde sur mon gros ventre, je me suis dit que j'en avais raz le bol de te montrer mon vagin, comme ça, juste pour le fun.

Je sais qu'il y a des moments où on peut pas franchement faire autrement, mais demande toi si tu accepterais de te faire poser une sonde dans le derrière une fois par an, juste comme ça, pour le fun. Non, venir chez toi, c'est pas le fun, c'est d'ailleurs pour ça que je ne viens que quand j'en ai besoin.

bisous bisous

La sorcière du logis


ERRATUM : Suite à des commentaires émanant d'une sage femme et d'un généraliste, il s'avèrerait que le frottis soit quand même quelque chose d'important. Seulement c'est après les 25 ans ou 8 ans après le début de l'activité sexuelle. Les deux premiers à un an d'écart, puis tous les trois ans. Mais pas tous les ans dès 16 ans :)
Et puis aussi si on prend la pilule, un suivi particulier à faire. Bref...

28 commentaires:

  1. Haaaan, comment je t'aime trop. T'as lu en moi ou quoi?? Et le mot gygy me fait vomir aussi.
    Au passage... Je ne vois pas de gygy tous les ans. Et si je vois ma SF, c'est pour une bonne couscous-party!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, je vois que je suis pas toute seule :D
      (couscous party ! T'as des super relations avec ta SF toi (et elle doit être contente ^^))

      Supprimer
  2. Et ben moi ça fait des années que j'en n'ai pas vu un, et aussi incroyable que ça puisse leur paraitre, je m'en porte très bien. Je suis assez d'accord avec Alison (voir son commentaire sur le dépistage du cancer) qui pense que son corps lui ferait savoir s'il y avait un problème. Et en ce moment il se trouve que mon corps me fait ressentir que, de ce coté là, tout-va-bien!
    De toute façon, si je devais en voir un jour, ce ne serait surement pas un homme. Qu'est-ce qu'ils peuvent y comprendre à notre corps, hein?

    Scoot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Homme ou femme, ils ont fait des études et en connaissent les mécanismes. Je sais que moi, homme ou femme, c'est la même chose, mais je pense qu'il faut respecter la sensibilité de celles qui ne veulent pas traiter de leur intimité avec un homme.

      Oui, je vois bien ton parallèle avec le commentaire d'Alison, on devrait plus écouter simplement ce que nous dit notre corps ^^

      Merci pour ton commentaire

      Supprimer
  3. haha !! le mot gygy je le déteste, d'ailleur je l'emploi jamais, je crois que c'est la première fois que je l'écrit ! ;)

    La mienne pour mes 2 accouchements étaient moins froide que ce que tu décrit, et très pudique, par exemple pour la palpation des seins elle demandait que je soulève le tshirt, pas à poil quoi !
    Et puis j'ai découvert ma sage femme et quelle stupéfaction quand pour le toucher vaginal (pour voir si mon périnée aurait besoin d'une rééducation) elle m'a dit : 'je peux vous osculter ?' jamais je n'ai entendu un(e) gynéco demander la permission !! bref, là j'ai vu la réelle différence, sachant que j'ai eu la remplaçante de la sage femme qui fesait pareil !

    Mais aussi pour l'échograpphie... pour la première grossese, l'appareil à mettre dans le vagin n'existait pas, alors on soulève juste le t shirt et on baisse le pantalon un peu plus sans l'enlever hein ! et puis la stupeur pour ma seconde grossesse (donc il y a 18 mois à peu près) : un truc à fourrer dans le vagin te fait voir ton bébé ! quand ma soeur m'a dit ça je lui ai dit qu'elle avait le droit de dire NON à cette méthode, elle savait pas c'était son premier ! bref.. arrive mon tour, et dans le cabinet de radiologie (ce n'est donc même pas un gygy qui le fait !) le mec me sort : enlevez votre pantalon.. "Ha non ! on enlève pas le pantalon pour une échographie, c'est le t shirt qu'on soulève et c'est tout.. qu'est ce que c'est que d'enlever le pantalon ..?" il a pas répondu, il m'a fait l'écho classique, même si j'ai vu le fourre-vagin à côté, hors de question pour moi !
    Les 2 suivantes étaient dans un autre cabinet, et là pareil, la nana me dit : 'enlevez votre pantalon, ce sera plus pratique d'être juste en culotte'..
    'ha... mais j'en ai pas mis alors bon, ça me gênera, si je baisse le pantalon à fond ça ira !' oui, je suis une sans culotte ;)
    Mais je trouve ça quand même abusé ! je me laisse pas faire et si toutes les femmes faisaient pareil, il y aurait moins d'abus je pense... NoN ce n'est pas normal de montrer sa culotte alors qu'il n'y en a pas besoin, et de montrer ses seins pour un simple toucher vaginal de routine.. ! Aux armes !!! lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, la révolution Alison ^^

      Pour l'échographie par le vagin, je sais plus si je l'ai eu pour Seth, mais en fait si j'ai bien compris, c'est seulement pour les début de grossesse.

      Bisous !

      Supprimer
    2. Oui c'est ça pour le début seulement, car il y voient mieux avec, mais moi je dis non merci ! ;)

      Supprimer
    3. PS c'est pareil l'écho endovaginale n'est point obligatoire c'est juste plus facile pour eux c'est tout, moi je vois ça comme un viol lorsque c'est pas nécessaire ;-)

      Supprimer
    4. D'autant que c'est pas un stade d'échographie obligatoire pour la grossesse... Je ne suis pas contre la médecine, pour une suspections de grossesse extra-utérine on n'a pas le choix, l'endovaginale est le plus pratique et le plus efficace. Mais c'est pas parce que eux voient des vagins toute la journée, que dans l'autre sens c'est un acte banal.

      Supprimer
  4. Moi je n'y vais pas je n'ai jamais été autant traumatisé que chez un gynéco,mais je me fais disputer à chaque fois que je suis enceinte. ça date de quand vot'dernier frotti frotta ? euh... de jamais :p même lorsque je dois faire l'examen obligatoire avant d'accoucher je le refuse autant dire que je passe pour une zarb' ! bon courage pour la suite et bien sûr ne te laisse pas faire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Frotti frotta XD
      Je savais pas que c'était possible de refuser en fait. Vous m'apprenez plein de choses par commentaires !

      Supprimer
    2. Alors là tu es bien formatée ;-) la notion d'appartenance de notre propre corps est malheureusement loin d'être acquise. C'est ton corps c'est toi qui décide c'est tout. Il vaut mieux avoir la tête bien ficelée quand même parce que lorsque tu passes par un interrogatoire de blouses blanches mettant en doute tes refus il vaut mieux avoir des arguments en béton, il faut vraiment la preuve que tu ne viens pas en dilettante et que ça ne t'amuses de jouer les rebelles. J'aurais pleins de choses à dire sur le sujet je suis passée de 2 accouchements médicalisés à 2 autres pro-naturels et un dernier voulu à la maison mais qui a terminé semi naturomédicalisé et autant te dire que je n'ai pas vécu les mêmes combats mais j'ai quand même du me battre bec et ongle pour les 5. Si tu as des questions tu sais où me trouver ;-)

      Supprimer
    3. Je savais pas que tu avais fait tant d'expériences différentes en matière d'accouchement. Merci pour la proposition, si j'ai une question je penserai à toi !

      Supprimer
    4. Bonjour Bonne Pioche et Elle,
      Tout d'abord je te félicite Elle pour cet article. J'adhère à ton article de départ Elle et c'est avec plaisir que je peux lire enfin, que d'autres femmes pensent la même chose que moi. et qu'on demande aux mecs d'aller consulter, je suis sûre que ça enlèverait pas mal de MST, non dangereuses pour eux d'ailleurs ! mais qu'ils nous refilent sans même le savoir !
      Ensuite Bonne pioche, ta réponse m'interpèle, ne pas être esclave, bien entendu mais je pensais sincèrement que le frotti annuel ou tous les 3 ans, était vraiment nécessaire : dépistage des infections, mycoses et autres mais surtout ! dépistage des MST qui restent bien au fond de ton vagin sans crier : ouhou je suis là !!!

      Ton article Elle a été partagé sur fbk dans le groupe LES COPINES DE CAUSETTE, le magasine ;)

      J'allais de mon côté envoyer un mail au magazine Causette pour leur faire part de ceci : (au delà, du rapport avec les gygy dont vous parlez, très bien !!!) Je ne comprends pas pourquoi, célibataire, réglèe comme une horloge (alors que suis tjs en retard normalement ;) on "m'invite" en me culpabilisant avec des statistiques, à prendre un contraceptif pour diminuer les risques de grossesse lors de mes rapports protégés. Je comprends le principe biensur mais moi je me sens esclave de ces contraceptifs + pas bon pour l'environnement + enlève des chances pour une future grossesse, si jamais j'en avais l'occasion car je n'ai pas encore trouvé le père et que j'ai 36 ans ! (je cumule !! ;)

      Supprimer
    5. J'ai une amie célibataire (et abstinente, ça va encore plus loin) qui m'a dit la même chose : Pourquoi on continue de lui parler contraceptif ?!? On l'a même écartée d'un protocole de recherche parce qu'elle ne prenait pas la pilule et donc avait un risque de tomber enceinte pendant la durée des tests. Je vois difficilement comment la pilule pourrait faire mieux que l'abstinence... (Et la pilule est moins efficace que le préservatif, bref, on marche sur la tête).

      Pour l'histoire du frottis, il me semble que c'est plus une affaire de dépistage du cancer. L'argument MST ne touchera sans doute pas beaucoup bonne pioche, elle est mormone comme moi, elle doit avoir 80% de chance d'être arrivée vierge au mariage avec son mari. Je sais que ça exclue rien du tout, mais du coup c'est assez loin de nos préoccupations.

      Merci pour ton commentaire, j'avoue que ça me fait plaisir aussi de croiser des gens qui se sont déjà fait toutes ses réflexions.

      Supprimer
  5. Pareil ici, hein ;) Je ne vais voir ma SF que quand je suis enceinte. Et je vais rarement chez les médecins en tout genre, d'ailleurs...

    D'accord avec toi, Flo, quand tu dis qu'ils étudient les mécanismes. Ils enlèvent l'humain, ils laissent la machine... erf... désolant :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, c'est vrai qu'on peut se désoler qu'ils soient parfois trop dans la technique et pas assez dans l'humain :( Mais c'est important aussi d'avoir des spécialistes qui connaissent la machine. Je veux pas dire qu'il faut jamais aller chez le gynécologue non plus.

      Supprimer
  6. hahaha, mais j'ai adoré cet article ! j'en ai posé plusieurs au sujet des superbes consultation que j'ai déjà du endurer.. le manque de tact, de pratique, de douceur...
    et c'est clair que rien de plus désagréable d'avoir un bec qui t'ouvre en deux et te griffe les parois vaginale.. et si en plus tu as l'audace de dire que ça fait mal, c'est pour te faire engueuler...
    brrrr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais toi c'est carrément le musée des horreurs, ça compte pas. T'es tombée sur des psychopathes XD
      Tiens, même sensation pour le fait d'être "ouverte en deux" par le spéculum.

      Supprimer
  7. Je me permets un bémol : deux examens me semblent absolument justifiés mais ils sont loin d'être annuels :
    - le frottis de dépistage du cancer du col (tous les trois ans après 2 résultats normaux à 1 an d'écart )
    - le bilan biologique pour celles qui prennent la pilule(prise de sang dans les 6 premiers mois puis tous les 5 ans)
    Tous les deux réalisables chez une sage-femme ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci 10 lunes, je prends note (j'avais oublié la pilule, je l'ai prise tellement peu de temps que ça m'était sorti de la tête)

      Supprimer
  8. Ce billet m'a bien amusé. Je suis complètement d'accord avec ce qui y est dit qui rejoint largement ce que j'ai déjà moi-même exprimé ( http://boree.eu/?cat=5 )
    Je suis également en accord avec 90% des commentaires à un (gros) bémol près...

    Je ne suis pas du tout un acharné des examens préventifs et il est exact qu'en France, et plus particulièrement dans le domaine de la gynéco, on fait souvent n'importe quoi. Mais, s'il y a UN examen qui a démontré son intérêt et sa balance "bénéfices-risques" favorable, c'est bien le frottis.

    Entendons-nous bien, le frottis dans le cadre des recommandations officielles fondées sur des preuves scientifiques. C'est-à-dire : à débuter à 25 ans (ou 8 ans après les premiers rapports), les 2 premiers à 1 an d'écart puis tous les 3 ans jusqu'à 65 ans.
    Je ne parle pas des frottis fait à des adolescentes ou répétés tous les ans comme c'est encore beaucoup trop souvent proposé par les gynécos français.

    Ok, je sais que ce n'est pas un examen plaisant (même s'il y a largement moyen de faire de telle sorte que la gêne soit limitée), mais c'est vraiment un examen utile pour éviter de détecter des cancers du col de l'utérus à un stade avancé (et le frottis ne sert QUE pour le cancer du col de l'utérus et pour rien d'autre).

    Or, non, en cas de lésions précancéreuses, on ne sent rien et, sur ce sujet précis, on ne peut pas se fier au fait que le corps "dise que tout va bien" (alors que c'est au contraire une attitude que je défends souvent dans ma pratique).

    Mais je vais rejoindre certains commentaires : si je me bats contre les trop fréquentes "maltraitances gynécologiques" c'est bien parce qu'une des conséquences c'est de dégoûter les femmes de se faire suivre raisonnablement. Et, ça, c'est quand même dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, je suis contente que tu soulèves ce point, parce qu'on a l'avis (le double du coup, puisque 10lunes a commenté dans ce sens) de personnes du corps médical ouvertes sur la question. Je vais mettre un erratum et puis aussi, ça me fait changer d'avis (zut, je viens d'avoir 25 ans...) sur le frottis.

      Supprimer
  9. Je reviens sur le "besoin" de faire des frottis et tout le toutim...
    Ben moi j'ai de nombreux problèmes de santé, notamment obésité, et personne ne me fait faire de prise de sang pour vérifier le risque de diabète ou autre consultation hein.
    Donc du coup, ça amène à se poser des questions, non?
    Moi je dis "gynéco" dans la vie de tous les jours (je le vois souvent, je suis en pma, je n'ai pas la chance de passer outre) et j'écris "gygy" sur les forums ou fb parce que c'est plus rapide et que je suis fainéante. :-D
    Mais sinon bel article, j'ai appris qu'une sf pouvait donner une contraception et ça, ça me plaît bien (même si pas besoin pour le moment...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pma c'est pas le parcours le plus drôle et le plus facile, bonne chance à toi.
      C'est vrai que ton argument se tient : Pourquoi suivre sur un truc et pas sur l'autre, si ce n'est cette obsession du vagin ? Mais on peut le faire dans l'autre sens et dire que c'est un tord de pas mieux suivre les populations à risque sur le sujet du diabète. Je ne sais pas. En fait, les obèses auraient peut être pas non plus envie d'être traités comme des malades en phase terminale XD

      Supprimer
  10. Je suis comme toi... Moi aussi j'ai voulu faire suivre ma grossesse en cours pas une SF, qui est plus dispo pour écouter, moins chère, plus près, a plus de choses à dire sur ce qui n'est pas patho dans une grossesse (comment bouger, manger et tout...). Et comme toi on en est arrivé très tôt à un double suivi pour cause de patho. Et comme toi j'abhorre le surnom de gygy! Et comme toi, j'espère pouvoir continuer à aller chez la SF en cas de nécessité de consultation gynéco.

    Mais je crois que j'aimerais quand même apporter un certain nombre de bémols.

    Tout d'abord parce que ce discours, qu'on retrouve très souvent sur les blogs, qui consiste à opposer les SF, généralistes et autres praticiens de premier recours, qui seraient nécessairement à l'écoute et dispo, et opposés aux affreux spécialistes, froids, débordés et très chers, me gêne. Je suis passée par la PMA...

    Et celle qui m'a écouté, ne m'a pas sorti le discours habituel (relaxez-vous et ça va venir, etc etc) et a mis le doigt sur nos nombreuses pathologies, dont certaines dépassant le cadre de la conception et de la grossesse, ce n'est pas une généraliste ou une SF, c'est une spécialiste en PMA (endocrino et pas gynéco, en fait, mais c'est quand même elle qui en a profité pour faire les frottis nécessaires, PAS tous les ans, ou les autres gestes gynéco si NOUS l'estimions nécessaire). Je pense que de tous les médecins que j'ai rencontrés, c'est une de celles qui a été le plus à l'écoute, le plus prête à entendre mes questions et propositions même quand visiblement elle était surprise (allaitement long) ou dubitative.

    Comme partout, il existe de bons et de mauvais gynécos, et peut-être aussi que notre façon à nous, patients, d'aborder les rdv (et de changer de médecin quand ça bloque) aide au dialogue. Le gynéco obstétricien qui me suit en parallèle avec tout ce que mon coin de campagne compte de SF, monitoring à domicile oblige, a été très à l'écoute et au courant des dernières recommandations malgré son statut de praticien hospitalier débordé : pas de toucher vaginal pour ne pas fragiliser un col déjà abîmé, pas d'obligation de déplacement à la mater tous les mois ("vous êtes déjà vue à domicile par les sages femmes, inutile de prendre un risque supplémentaire"), uniquement les rdv nécessaires en les groupant, écoute de nos questions quant à une probable césarienne, en expliquant bien les politiques de l’hôpital et leurs limites. Et je dois dire que les SF du coin sont également tout à fait prêtes à travailler avec lui.

    Enfin, sur les questions d'examens invasifs... Ben j'en ai eu beaucoup, examens d'infertilité et FIV oblige, dont de très fréquentes échos endovaginales, et pire - ou mieux? (genre hystéroscopie). J'ai même un souvenir de grande discussion à propos de quelque chose qui n'avait rien à voir (les dessins de ses enfants) avec mon endocrino PMA alors que je regardais sa tête entre mes jambes. Je ne me suis jamais sentie agressée ou humiliée, pas plus que quand ma généraliste me demande d'enlever des épaisseurs. Peut-être que ça aide de comprendre les raisons de l'examen, peut-être que j'ai juste eu de la chance quant aux praticiens qui m'ont suivie? Quant à la dissociation entre son propre corps comme objet de plaisir ou comme objet médical, il me semble qu'elle est nécessaire quel que soit la question qui nous amène chez le médecin?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le dis très bien, il y a une question d'individu. Mais je n'ai jamais croisé autant d'histoires débiles que dans cette profession. Je le raconte là même : Un gynécologue s'est permis de me taper derrière la tête parce que je n'étais pas d'accord avec lui, comme s'il était mon père et que j'avais 5 ans ! Tu as déjà vu un dentiste faire pareil ? Et il était même pas gratiné celui-là.

      Donc oui il y a les individus, mais la profession créé un bon lot de praticiens super limites.

      Pour ce qui est de la dissociation, j'ai pas dit que j'allais arrêter de le faire, c'est un comportement inconscient et logique. Je dis que ce n'est pas quelque chose d'anodin et donc que si peux l'éviter, je l'évite. C'est pas parce que ça me permet de pas voir un psy à chaque fois qu'un inconnu fourre ses doigts dans mon vagin, que je vais me dire que je vais favoriser la situation quand elle n'est pas indispensable.

      Et il y a une différence entre se retrouver en soutien gorge chez son généraliste (enlever une épaisseur) et se retrouver nue pour un examen qui n'a rien à voire (échographie avec sonde sur le ventre).

      Supprimer
  11. Ah... enfin un article qui me comprends... c'est exactement ce que je ressens quand je dois aller en voir un. J'ai eu un gygy mâle... catastrophe ambulante! et un gygy femme, pas beaucoup mieux et très froide; qui plus est elle s'est un peu mêlée de ce qui ne la regardait pas... aïe... du coup, plus envie... Ma sage-femme s'est proposée d'aller faire les consultations chez eux, eh ben c'est ce que je ferai, car là, j'ai vraiment trouvé génial et j'ai été en grande confiance et surtout écoutée! Et le plus important, je n'ai pas eu MAL une seule fois! Je n'y vais pas chaque année et je m'en porte extrêment bien!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...