vendredi 22 février 2013

Les mormons, la prétrise et les femmes

Attention, article extrêmement hermétique pour les non-mormons. Vraiment, j'insiste, je vous avais prévenu.

Je viens de lire un article de féministe mormon (écrit par un homme d'ailleurs) qui m'a rendu triste. Incroyablement triste. L'article prend tous les arguments qu'on avance habituellement pour expliquer que les femmes n'aient pas la prêtrise, et les démonte (avec humour, c'est vrai). Sauf que ces arguments sont faciles à démonter, parce qu'ils sont débiles. Ce sont les arguments de gens qui cherchent des explications à un principe qu'ils n'ont pas compris.

Alors pour certains, les femmes devraient avoir la prêtrise et on nous avance le cas de la prêtrise pour les noirs. Un jour, un jour peut-être.

L'auteur plaisante en disant que si la prêtrise est l'équivalent de la maternité, on a qu'à compter le nombre de mères dans une branche qui n'a pas assez de détenteur de la prêtrise pour la changer en paroisse. Ou encore qu'il faudrait donner la prêtrise aux adolescentes à 12 ans pour la leur retirer quand elles seront mères. A moins qu'il faille leur donner un bébé à 12 ans. Et pour ceux qui disent que la prêtrise sert aux hommes à progresser et que les femmes n'en ont pas besoin puisqu'elles sont naturellement plus spirituelles, pourquoi ne pas donner la prêtrise aux femmes inactives, ou qui portent plus d'une paire de boucle d'oreille, ou qui sont abonnées à des sites féministes. C'est sensé faire rire, c'est sensé montrer à quel point les arguments sont fallacieux. Effectivement, ces arguments le sont. Alors pourquoi je ne me sens pas lésée de ne pas avoir la prêtrise ?

Je pense qu'effectivement il y a une dualité entre la prêtrise et la féminité.

Parce que oui, la maternité est un pouvoir puissant donné aux femmes. J'ai regardé mon fils âgé alors de six mois. On commençait à peine à lui donner autre chose que mon lait. Et je me suis dit que j'avais fabriqué près de dix kilos d'humain pensant. J'ai trouvé ça renversant. Devant un pouvoir si grand, comment douter de la nature divine de la femme ? J'ai acquis le témoignage personnel quand je suis devenue mère qu'aucune femme digne ne sera privée de cette part de sa divinité, que ce soit ici ou plus tard. On peut dire que la paternité est un rôle noble aussi, qu'il faut être deux, etc. Mais la maternité reste un miracle inégalable.

Mais c'est bien parce que la féminité ne se limite pas à la maternité que les femmes et les hommes sont égaux dans leur nature divine.

Oserais-je rappeler que pour rentrer dans un temple, il suffit pour une jeune fille d'être digne et d'avoir plus de douze ans. Alors qu'on attend d'un jeune homme qu'il ait la prêtrise ?
Oserais-je rappeler que les femmes officient dans le temple ?
Oserais-je rappeler que les femmes peuvent faire autant de mission qu'elles le veulent quand les hommes ne peuvent en faire qu'une ?



Du pouvoir est donné aux femmes par Dieu, tous les jours, elles reçoivent des révélations, sont guidées par l'Esprit, font du bien autour d'elles. Ne pas s'en rendre compte, penser que la valeur spirituelle d'un individu réside dans la prêtrise, c'est être aveugle à la grandeur de la féminité. Sommes-nous ou ne sommes nous pas une religion qui dit que les hommes et les femmes sont les enfants de Dieu à la destinée divine ? Sommes-nous ou ne sommes-nous pas dans une religion qui dit que l'homme n'est pas sans la femme et la femme sans l'homme ? Il y a des hommes qui pensent en dépit de cela que les femmes leur sont inférieures parce qu'elles n'ont pas la prêtrise. Et des femmes qui pensent qu'elles ne seront pas égales aux hommes tant qu'elles n'auront pas la prêtrise. La prêtrise c'est le pouvoir de Dieu au service des autres. Penser qu'elle donne le pouvoir de diriger par soit-même c'est se fourvoyer. Penser qu'elle sert à autre chose qu'à servir, c'est se tromper.

Et pour moi, ce débat du "à quand la prêtrise pour les femmes", ressemblait à une discussion de "pour ou contre le pénis". Non merci, j'ai pas besoin d'un pénis pour me sentir bien et avoir de la valeur. En fait, réclamer la prêtrise pour les femmes est hautement sexiste, c'est penser que pour exister aux yeux de Dieu, il faut avoir un attribut masculin.

7 commentaires:

  1. "Oserais-je rappeler que pour rentrer dans un temple, il suffit pour une jeune fille d'être digne et d'avoir plus de douze ans. Alors qu'on attend d'un jeune homme qu'il ait la prêtrise ?
    Oserais-je rappeler que les femmes officient dans le temple ?
    Oserais-je rappeler que les femmes peuvent faire autant de mission qu'elles le veulent quand les hommes ne peuvent en faire qu'une ?"

    C'est ce que je dis à mon mari, la première fois que je lui ai sorti le pauvre, il était totalement désemparé et incapable de rivaliser avec ses phrases type de macho... loooooool aujourd'hui encore, d'ailleur nous n'avons plus ce sujet de conversation, la discusion semble close... alison 1-mari 0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de voir que je suis pas la seule à m'en rendre compte :)

      Supprimer
  2. Heu, oui certainement...
    Je ne suis pas mormone, encore moins croyante en fait.
    J'entends le sens de ton discourt, qui me paraît tout à fait logique. Mais, il y a un mais. A quel moment a-t-on décidé que les femmes n'aurait pas la prêtrise... ? Et pourquoi ?
    J'ai cru lire plusieurs fois qu'en des temps reculés les femmes avaient la prêtrise (enfin son équivalent) au même titre que les hommes... alors pourquoi leur retirer ?
    Je m'interroge juste là dessus. Pourquoi, pour quelles raisons ne l'auraient elles pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, on retrouve effectivement des mentions qui pourraient laisser entendre que des femmes avaient une forme de prêtrise : Les prophétesses (Anne pour le nouveau testament, Hulda et Déborah pour l'ancien) et même la mention d'une diaconesse faite par Paul.

      Pour autant, la prêtrise telle qu'on en parle au sens stricte (c'est à dire où le mot prêtrise est utilisé, pas juste l'utilisation d'un titre), était donnée à certains Lévitiques mâles : les sacrificateurs (j'espère que je raconte pas n'importe quoi). Donc déjà de base, tout le monde ne l'avait pas. Donc si on parle de prêtrise aujourd'hui chez les mormons, c'est de cas très encadrés où des personnes sont ordonnées (des hommes en l’occurrence) à certaines prêtrises (parce qu'en plus il y a plusieurs prêtrises qui sont pas les mêmes).

      Alors là c'est mon avis personnel : Je pense que les femmes ont une forme de prêtrise de base, qui n'est pas la même. D'ailleurs, dans nos temple, on utilise le mot "prêtresse" à certains moments. Il semblerait donc qu'on utilise le terme prêtrise pour parler uniquement du pouvoir donné aux hommes, pas de celui qu'ont les femmes.

      Ce qui me chagrine, c'est quand on utilise le vocabulaire : "prêtrise = pouvoir de Dieu donné aux hommes" pour dire que les femmes n'en ont pas (de pouvoirs donnés par Dieu), ou qu'ils sont inférieurs ou qu'elles ne le méritent pas.

      Supprimer
    2. En fait, la prêtrise telle qu'elle devrait être n'est pas celle qu'elle est pratiquée et vécue le plus souvent... ni interprétée, parce que souvent on a plutôt l'impression que le prêtre a un pouvoir sur les hommes en lieu et place d'être à leur service...
      Enfin, là je parle pas des mormons je connais pas du tout su tout ;)

      Supprimer
    3. Sujet intéressant à voir dans toutes les religions (parfois en théorie ça passe, en pratique non). J'aimerais bien faire des interviews de jeunes pour voir comment ils perçoivent leur prêtrise... Projet pour plus tard.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...