lundi 18 mars 2013

Tu enfanteras dans la douleur

Je viens de pondre un nouveau membre pour notre famille, et depuis, toutes les femmes qui ont déjà eu un enfant me demande après m'avoir félicitée si ça s'est bien passé, avec une tête affligée d'avance. Alors j'hésite un peu, parce que quand j'ai répondu franchement, j'ai eu des réactions étonnées, un peu moqueuses voir presque un peu aigre.

Mon accouchement a été une expérience spirituelle intense et douloureuse pendant laquelle j'ai appris beaucoup de choses. Voilà.

Après ça j'ai ré ouvert ma bible au tout début et je me suis interrogée sur la nouvelle signification qu'avait pris pour moi ce passage bien célèbre. Et voilà ma conclusion, bon, elle est fortement teintée de mormonisme, puisque pour nous l'épisode de la chute est un grand moment de l'Histoire et pas un drame et Eve une femme élue parmi les plus grands esprits de la création.

La souffrance de l'accouchement n'est pas une punition que portent toutes les femmes pour un péché commis il y a des plombes. Sinon pourquoi les chattes, les chiennes, les chèvres etc. y passent aussi ? Alors que les femelles poisson rouge pondent leurs œufs en éternuant ? Donc il y aurait des femelles non-humaines qu'il faudrait punir et d'autres non. Sans parler de l'aspect "y en a un qui faute, tout le monde prend"... Alors peut-être qu'Eve a douillé plus que nous et que ça ne la concernait qu'elle (Dieu a pas dit "toutes tes filles et leur descendantes", il a dit "toi, Eve"). Peut-être aussi que "tu enfanteras dans la douleur" l'informait simplement qu'elle pourrait à présent devenir mère, et que ça ferait mal... Je n'en sais rien.

Mais comprendre ça quand on est allongée sur une table d'accouchement, câblée et anesthésiée (ou pas), c'est pas possible. Je peux vous le dire aujourd'hui : J'ai plus souffert allongée et sous péridurale pour mon premier de 3kg100, que déclenchée et sans péridurale, mais libre de faire ce que je voulais pour mon deuxième de 3kg750 avec son énorme tête. Et toutes celles qui savent ce que veut dire "déclenchée" doivent faire des yeux ronds. Le déclenchement c'est connu pour être beaucoup plus violent, douloureux et risqué qu'un travail naturel. C'est le genre d'accouchement où tu augmentes le risque d'extraction instrumental, de césarienne d'urgence, de déchirement (et c'est pas un lobby de cinglées accoucheuse en foret qui dit ça, c'est l'OMS). Souriez, vous venez d'avoir un bébé. La sage femme était un peu flippée quand elle a posé la perf sans avoir fait poser la péridural. "Vous êtes sûre ? sûre sûre ? sûre sûre sûre ? Parce que vraiment, ça fait beaucoup beaucoup beaucoup plus mal". On avait un deal, je tentais sans et si je tenais plus on appelait l'anesthésiste. On a eu un deal un peu pareil à la fin : Tu coupes pas, et si ça déchire un peu c'est pas grave. (Et ça n'a pas déchiré)

Alors vous attendez la recette miracle ?
Chaque chose que vous pouvez faire pour calmer la douleur favorise le travail et donc l'accélère. Ça c'est la bonne nouvelle. La mauvaise c'est que j'ai dû faire cinquante trucs différents, tous plus incongrus les uns que les autres dont on m'avait jamais parlé. Et pour celles pour qui se mettre à quatre patte pendant une contraction est le bout du monde en terme d'humiliation et de lâché prise, je suis désolée de vous informer qu'il y avait des trucs encore plus bizarres.

Anecdote marrante et racontable : Quand ça a commencé à être très très dur à gérer, je me suis poliment excusée au près de la sage femme, l'informant que j'allais hurler un bon coup. Et j'ai hurlé, ça a duré 30 secondes d'un truc qui ressemblait à une Caraba qui se fait arracher son épine (confer Kirikou, quoi , c'est un classique, non ?). Et tout ce temps la douleur n'existait plus. Je l'avais pas oubliée, reléguée ou quoi que ce soit : Je n'avais plus mal. L'instant d'avant on me cassait un bras, l'instant d'après je testais la capacité de mes poumons et rien de plus. Autant dire que j'ai hurlé tant que j'ai pu pour les contractions suivantes, jusqu'à ce qu'on vienne me supplier d'arrêter parce que je terrorisais toutes les primipares qui étaient en train d'accoucher à côté. (Bon, ça a peut-être sauvé mes cordes vocales...) Entre ce moment où j'étais dilatée à 4 et celui où on m'a posé mon fils sur le ventre il s'est passé un peu moins d'une heure. Celles qui ont déjà accouché ouvrent encore des yeux ronds. Je suis pas une fille qui accouche particulièrement vite, mon premier était un poil au dessus de la moyenne en terme de longueur d'accouchement, là c'est pas vite, c'est un accouchement éclair.

Bref, la douleur a un but, c'est un guide. Calmer la douleur aide le corps dans le processus de la naissance. (Et puis bon, calmer la douleur, ça calme la douleur, merci captain obvious)

Le deuxième but de la douleur, c'est de provoquer la sécrétion massive de toutes les hormones qui permettent que le corps survive, que le coeur tienne (l'accouchement vous transforme en sac d'endorphine... En fait on devrait avoir plus mal encore. Je sais, c'est pas croyable quand on y est de se dire que ça pourrait être pire). Parce que soyons honnêtes, c'est l’épreuve sportive de survie la plus intense de toute votre vie. La preuve en est, le stade de la désespérance qui se produit juste avant la fin de l'expulsion : La mère se sent soudainement dépassée, c'est une souffrance mentale violente (que j'ai vécu tout en la reconnaissant, très bizarre de se dire "je suis désespérée, mais c'est seulement chimique"). Le corps répond en sécrétant un shoot d'adrénaline pour le sprint final. Sans ça, l'épuisement vous laisserait avec une voie pour faire passer le bébé, mais pas de force pour le faire descendre.

Et troisième but de la souffrance : Le deuil. La douleur joue un rôle dans le deuil de la grossesse. Vous avez passé 9 mois enceinte, psychologiquement il faut passer à autre chose. Alors j'ai aucune idée du pourquoi du comment, mais apparemment ça a un rôle. Vous serez surpris d'entendre le nombre de femmes qui ont eu du mal à faire la transition.

Donc expérience spirituelle sur la perfection de biologie, mon rôle de mère, la force dont on dispose miraculeusement (et aussi parce qu'on prie vachement plus quand on a besoin d'aide) et pour la réalisation d'une promesse reçu pendant une bénédiction. Et intense et douloureuse, un accouchement quoi.

Après, je fais ma warior, la vérité c'est que quand on m'a dit alors que ça devenait absolument insupportable -juste avant que je fasse mes vocalises viking- "vous êtes à 4" (sur une échelle de 1 à 10 pour ceux qui y sont pas encore passés, 10 c'est le moment où commence le fameux "poussez madame") et que je me suis souvenue que pour mon premier accouchement à 4 j'étais à 6 heures de la fin j'ai dit "allez, c'est bon, posez-moi la péridurale". Ce que je savais pas c'est que le temps qu'ils viennent, qu'ils me parlent comme à un bébé ou comme si j'étais pas là, que je leur réponde méchamment, qu'ils me posent des questions sur mon état civil histoire de me faire sortir de l’émotionnel, qu'ils apprennent que dans une autre vie j'étais ingé et que j'avais déjà un autre mioche, que tout d'un coup je sois plus pour eux une roms qui gueulait (que c'est petit) mais une respectable madame juste à poil sous sa blouse, qu'ils me parlent de leur propres études, qu'ils me pose le truc, qu'ils m'allongent de force me faisant connaitre l'épisode le plus insupportablement douloureux de ma vie, que je les maudisse tous mentalement sur cinq générations et qu'ils m'annoncent "dans un petit quart d'heure ça devrait faire effet", fiston avait engagé sa tête et commençait sa descente.

J'ai donc eu un accouchement naturel/médicalisé/sans/avec péridural. Je suis trop forte.

18 commentaires:

  1. Bon, j'avais mis un long commentaire, mais apparemment il n'a pas été validé...
    Alors, juste félicitations!!! Bienvenue à ce nouveau petit être, et plein de bonheur à vous 4!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :( j'ai regardé dans les spams, pas trouvé ton commentaire, il a effectivement disparu...
      Merci sinon :)

      Supprimer
  2. hahaha !!!! Bon, félicitations d'abords !! et puis, j'adore ta dernière phrase, d'où le 'hahaha' !! bref, t'es trop forte !
    Mais bon je peux pas m'empêcher quand même de faire cette reflection (pas sur toi bien sure, on se demande bien de qui je vais parler.. lol) sur le : "Autant dire que j'ai hurlé tant que j'ai pu pour les contractions suivantes, jusqu'à ce qu'on vienne me supplier d'arrêter parce que je terrorisais toutes les primipares qui étaient en train d'accoucher à côté."
    Alors là je suis juste outrée mais en même temps ça m'étonne pas hein... bref, restons polis. Tu vois ça me dégoûte encore plus de ce système bref... et pour tes cordes vocales, en ayant chanté non stop pendant 24h, ne t'inkiète pas, les tiennes auraient survécu, surtout qu'une heure après (d'après ce que j'ai compris) ton fils était sorti... Bon, mais je vois que tu t'en ai très bien sortie ! Intacte en plus ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te remercier (absolument TOUT ce qu'il y a dans ton blog m'a servi) et pour m'en être sortie intacte, je peux remercier les exercices d'assouplissement du périnée en local et en général (chi cong je crois, je confond toujours, la position qui fait chat qui s'étire...) que tu donnes.

      Supprimer
    2. eratum : pas 24 h en fait, juste 12, mais bon t'avais compris...

      Supprimer
    3. ha oui, alors c'est Shitsu !
      Bon ben contente que ça ai servi, tu as fais le cobaye de mes conseils, visiblement ça marche aussi pour quelqu'un d'autre que moi !!! Bon ben je vais bosser pour faire le livre hein, que ça serve à d'autres ... ;)

      Supprimer
  3. Oumou Shemsedine19 mars 2013 à 07:04

    Félicitations pour ton petit.
    Fille ou garçon alors ?

    C'est étrange l'hôpital on a l'impression d'avoir de nouveau deux ans ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un deuxième garçon (tous les vêtements déjà en stock jusqu'à la fin de sa vie, la vie est belle XD)

      Oui, l'hôpital on y rentre, pouf, on rajeunit !

      Supprimer
    2. Oumou Shemsedine19 mars 2013 à 15:32

      Deux garçons comme moi :) En effet c'est pratique il y a plus qu'a ressortir les cartons, quoique pour la période diversification / je rampe par terre, j'ai peu de vêtements, je crois qu'ils n'ont pas survécus à son frère.

      Profitez bien :)
      Mon deuz a quatre mois et demi et ils commencent à interagir ensemble et c'est juste trop mignon.

      Que dieu vous préserves

      Supprimer
  4. Pas eu le temps de finir mon commentaire à cause de piles qui m'ont lâché.
    Bravo, félicitations à toi. Chapeau, bravo. Encore bravo. Et bienvenue Monsieur Deuxième :)

    Pleins de bises enchantées, et tout, et tout!!!

    RépondreSupprimer
  5. Pour avoir connu les deux, disons, un formidable avec péri, un autre sans, l'horreur! et un 3e avec mais où je m'étais bcp plus préparée spirituellement et mentalement. J'aurais aimé être préparée pour le 2e comme pour le 3e, mais bon. moi je dis c'est bien de connaître sans, comme nos mères ou grands-mères ou comme la plupart des femmes depuis la nuit des temps en fait. Quand on comprend le pourquoi du comment vraiment ça aide. Au 3e je l'ai compris et j'ai fait ce travail AVEC lui, et je l'ai remercié et je lui ai dit dès sa sortie : "on y est arrivé!!".
    Merci pour ton expérience et comme toujours ta façon de raconter. Je crois que je suis heureuse d'être une femme pour pouvoir vivre cela...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton histoire de préparation (pour le 2e... Sans péri quand c'est pas souhaité, c'est l'horreur :( )
      Oui, vraiment, c'est un truc particulier de vivre ça.

      Supprimer
  6. Bravo !! et encore bravo !!
    j'aime pas l'hosto et je n'aime pas accoucher à l'hosto...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais qu'on peut plus aller chez toi sans être invitée maintenant !

      T'as déjà accouché à la maison, non ? T'en avait parlé une fois il me semble (que t'avais tout testé)

      Supprimer
  7. Je suis arrivée sur ton blog un peu par hasard il y a quelques mois, depuis je le lis régulièrement.
    Félicitations pour ce petit, profitez bien de vous !

    Moi aussi je suis contente d'être une femme et de pouvoir vivre l'enfantement .. je l'ai vécu 3 fois, 3 belles expériences ( rapides, magiques, et intenses - mais de la douleur ? non pas vraiment .. )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. La preuve que c'est pas une malédiction alors : Y en a comme toi qui sont pas maudites, huhu ^^

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...