vendredi 19 avril 2013

Aujourd'hui en France, chaque jour, 1500 femmes sont mutilées sexuellement

Ce n'est pas une métaphore. Je ne parle pas de mutilation psychologique ou symbolique. Le chiffre que je vous avance, c'est à la louche, le nombre de femme qui subissent une épisiotomie tous les jours.

L'épisiotomie consiste à couper le vagin d'une femme pendant son accouchement (au ciseau).

Pourquoi l'épisiotomie est inutile et dangereuse


Si on vous a dit qu'il valait mieux couper plutôt que ça déchire, que ça préserve le périnée, ou encore que ça empêche les déchirure graves, on vous a menti. Les études ont démontré qu'au contraire, l'épisiotomie augmente le risque de déchirure grave, d'incontinence urinaire et anal et que les déchirures naturelles causent en moyenne moins de problèmes que la cicatrice d'une épisiotomie.(1)

On me dira qu'il y a des cas où c'est quand même indispensable. Les voici : Souffrance fœtale aiguë (quand chaque seconde compte, ça permet d'en gagner quelques unes) et quand la femme présente déjà une mutilation sexuelle (à ce moment l'absence d'épisiotomie entraine des déchirures graves et systématiques). Ne me dites pas que 70% des primipares françaises sont excisées ou ont un bébé en souffrance aiguë.

Le conseil national des gynécologues réclame que l'on descende en dessous de 30%, l'OMS (Organisation Mondial de la Santé) estime qu'un taux d'épisiotomie supérieur à 20% relève de la dérive culturelle et préconise un taux inférieur à 10%. En France, les femmes accouchant pour la première fois subissent une épisiotomie dans 70% des cas.

Et pour celles qui ont peur que ça déchire (entre parenthèse, on t'a coupé chérie alors dis moi où ça a été mieux, au moins la déchirure tu peux encore rêver qu'elle ait pas lieux...) :
Sachez que les petites déchirures naturelles ne sont pas graves et cicatrisent assez bien (parole de scout, j'ai déchiré avec deux points de suture pour mon premier, j'ai eu aucun souci pour m'asseoir, faire pipi, retrouver une activité sexuelle normale. Deux semaines après l'accouchement j'avais à nouveau des rapports sexuels sans que la cicatrice ne pose problème. Ma soeur jumelle, épisiotomie six mois plus tôt, deux points de sutures, six mois après elle m'en parlait encore). Il semblerait que cela s'explique par le fait que la déchirure "suit la fibre" donc perturbe moins les tissus qu'une franche coupe qui passe au travers. Bref...

Pourquoi l'épisiotomie est une mutilation sexuelle

Je ne vais pas vous raconter la vie des gens, me baser sur l'expérience de ma voisine, vous dire que si on va sur doctissimo on voit plein de témoignages, blablabla... Je vais vous montrer deux dessins et ça va être vite fait :

En jaune c'est le clitoris (oui, le clitoris a une structure interne, ce n'est pas juste le truc qui dépasse)
Source (2)







Maintenant je vous montre une épisiotomie :





C'est bon ? Vous voyez ?
Sans parler de la douleur de la cicatrisation qui a un impact sur la vie sexuelle, si vous ne le saviez pas, le plaisir féminin ressenti à l'intérieur du vagin est le fait de la stimulation des racines clitoridiennes.

Donc l'épisiotomie a des similarités avec l'excision (ablation du clitoris) puisqu'elle touche à l'organe du clitoris.


Ensuite, on recoud "bien serré, hein, votre mari me remerciera"...
L'épisiotomie a donc également des similarités avec la l'infibulation (couture des petites lèvres pour réduire l'entrée de l'orifice vaginal).

Voilà, à chaque fois qu'on fait une épisiotomie en France, un petit chaton meurt (et une femme souffre inutilement dans son intimité). Plus sérieusement, c'est beau d'aller pleurer sur les petites afghanes, ça permet d'oublier qu'en France on a les mêmes soucis.

 


(1) Étude réalisée en 2004 dont les résultats sont disponibles ici : http://afar.info/wp/docs/episio-compil1.pdf
(2) Source des images : http://www.christopher.compagnon.name/sexualite/sexe_femme_clitoris.html

6 commentaires:

  1. Je t'applaudit, non sérieusement je le fais !!!! MERCI !!! Dis moi, je peux mettre ton article sur mon blog de l'accouchement ? Parce que là il est plus qu'interessant !!!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans problème.

      Par contre précision, mais j'ai pas la source sous la main : On déchire plus en position gynécologique (cette position... Faudrait que je fasse un article un jour aussi, c'est édifiant quand on creuse sur son histoire -_-)

      Supprimer
    2. Merci pour cet article!je suis encore horrifiée de ce que me disent des amis travaillant dans la santé qui répètent ce qu'on leur a appris.
      Ce n'est pas que la position gynécologique, mais aussi le mode de poussée, on dit aux mères (ou plutôt on les engueule) de pousser avec le périnée plutôt qu'avec les abdominaux, en gros on leur demande d'expulser leur utérus plutôt que de demander à leur utérus d'expulser le bébé. Le périnée est sur-exploité à mauvais escient.

      Supprimer
    3. J'avais jamais fait le lien (expulser l'utérus o_O).
      C'est vrai qu'il y a aussi la question de la poussée spontanée versus poussée contrôlée. Mais pour qu'il y ait une poussée spontanée, j'ai l'impression qu'il faut pas de péridural, on rentre alors dans un autre débat.

      Supprimer
    4. Pas de problème avec les péridurales, comme on peut ordonner à notre corps de pousser par le bas, on peut aussi le faire avec les abdos. Mais là il y a la sage-femme qui vous engueule parce que elle elle ne sent rien, elle croit que vous ne poussez pas.

      Supprimer
    5. Merci pour l'information, je me demandais si c'était possible de bien pousser avec péri.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...