dimanche 21 avril 2013

Féminisme biblique

(...) On est toutes féministes à notre sauce, voici un genre de féminisme biblique que j'avais trouvé dans le cadre de mon appel avec les Jeunes Filles, qui est le dialogue entre un roi et sa mère :
Proverbe 31 : 10-31

Ça commence par Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles

Hors sujet : Esther, j'aime bien Esther...


On y trouve une femme qui investit financièrement (elle achète un champ et le fait fructifier)
Une femme qui n'a pas peur d'être rémunérée (elle vend l'ouvrage de ses mains)
Une femme qui est forte physiquement ("elle ceint de force ses reins et elle affermit ses bras")
Une femme qui parle et instruit les autres...
Et, je cite "Elle est revêtue de force et de gloire"

On est dans l'ancien testament, un temps de gros barbares misogynes...

Où est la femme soumise, dépendante financièrement de son mari ? Elle demande pas à son mari des sous pour acheter un champ... Elle le fait, c'est tout. Il y a une dérive culturelle qui confond "les femmes doivent élever les enfants" et "les femmes doivent être à la maison". J'ai même lu une interprétation d’évangélistes sur le passage où elle instruit pour dire "haha, vous voyez, c'est la femme qui doit instruire les enfants" alors qu'il n'y avait AUCUNE mention des enfants dans le-dit verset -_- Quand je vous parle de dérive culturelle sexiste...

On peut considérer que renoncer pendant un temps à avoir une situation professionnelle à plein temps pour élever un enfant est un moyen d'exercer une influence bénéfique sur le monde. Par contre, j'ai du mal à comprendre en quoi faire du scrapbooking/cup cake/scoubidou (choisissez votre croix) chez soit quand on est seule ou sans enfant, ou encore qu'ils ont quitté le foyer, c'est exercer la noble influence des femmes, c'est se développer spirituellement ou même s'épanouir.
J'ai du mal à comprendre en quoi c'est incompatible d'élever un enfant et de sortir de chez soi. D'ailleurs, les femmes au foyer sont une source inépuisable de main d’œuvre gratuite pour les associations, conseils de parents d'élèves et les collectivités, preuve qu'elles sont actives et que même quand elles travaillent pas, elles se débrouillent encore pour travailler quand même (les fourbes).

Ah, autre truc que j'aime dans cette description de la femme vertueuse : Pas de mention de la chasteté... Il suffit pas d'être chaste pour être vertueuse, la vraie vertu, c'est d'être une femme active, forte, intelligente, travailleuse et pleine de compassion. J'aime.
Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles.
Le coeur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut.
Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie.
Elle se procure de la laine et du lin, Et travaille d'une main joyeuse.
Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin.
Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison Et la tâche à ses servantes.
Elle pense à un champ, et elle l'acquiert; Du fruit de son travail elle plante une vigne.
Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras.
Elle sent que ce qu'elle gagne est bon; Sa lampe ne s'éteint point pendant la nuit.
Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau.
Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l'indigent.
Elle ne craint pas la neige pour sa maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi.
Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre.
Son mari est considéré aux portes, Lorsqu'il siège avec les anciens du pays.
Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand.
Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l'avenir.
Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue.
Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse.
Ses fils se lèvent, et la disent heureuse; Son mari se lève, et lui donne des louanges:
Plusieurs filles ont une conduite vertueuse; Mais toi, tu les surpasses toutes.
La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l'Éternel est celle qui sera louée.
Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu'aux portes ses oeuvres la louent.

12 commentaires:

  1. Bon ben moi j'aurai dis : 'depuis mon mariage on a le compte bancaire en commun et je n'ai aucunes rémunérations. Les premières années étaient horribles, disputes du à l'argent.... et puis ont a fait comptes séparés et moi j'ai l'argent de la caf sur mon compte perso, et depuis le mariage se porte mieux depuis que je suis indépendante financièrement. et toc !" loool
    Et puis toi tu es encore vivante, je sais pas comment t'as survécu !!! lol bref ma parole...
    J'adore ce texte de la femme vertueuse, il m'a tellement aidé ma première année de mère, justement à voir qu'on ne sert pas qu'à s'occuper des marmots et du mari et du ménage... et en effet il prône bien l'indépendance de la femme c'est on ne peut plus clair !
    Je connais une soeur qui n'a jamais travaillé parce que son mari voulait qu'elle reste à la maison s'occuper des enfants même quand ils étaient au lycée... elle voulait travailler, ben maintenant elle a toujours ce regret d'avoir obéit à son mari qui prônait : la femme au foyer. Cette façon de penser masculine, c'est triste, et loin de la vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'argent on n'en discute pas trop avant mais c'est important.

      Supprimer
  2. Un peu hors sujet, mais c'est important de ne pas confondre "la loi de consécration" et "l'ordre uni"...
    Ce que tu décris comme étant "une époque où les mormons vivaient un truc communiste à la sauce communauté amish" est l'ordre uni, c'est une façon de vivre la loi de consécration, mais ce n'est pas la seule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, t'as raison. Merci pour la précision.

      Supprimer
  3. j'avoues que face à ce genre de propos j'ai du mal à faire autre chose que:
    1-être agressive
    2-préférer noyer mon agressivité dans le silence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouai, ça dépend du jour, de comment je me suis levée, j'aurais entendu ça la semaine dernière, je me serais levée et j'aurais quitté la salle...

      Supprimer
  4. Et aussi, chaque fois que je me connecte sur ta page et que je lis trop vite, je vois un article intitulé "fétichisme biblique"...ça surprend toujours un peu

    RépondreSupprimer
  5. Et quelle a été la réaction de l'instructeur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, il n'y a eu aucune réaction...

      Supprimer
    2. L'instructeur est un homme ? je suis instructrice (même si apparemment ça n'existe pas au féminin dans le dico) à l'ecole du dimanche autant dire qu'il n'aurait pas aimé ma riposte ce frère...

      Supprimer
    3. yep, c'est un homme... C'était un peu bizarre, je sais pas si les gens n'ont rien dit parce qu'ils étaient d'accord ou parce qu'ils voulaient pas que ça parte en live.

      Supprimer
  6. merci pour cet extrait des Proverbes. ça me fait du bien. surtout que là je suis dans mon lit, malade (aucune idée de ce que c'est) et que c'est mon mari qui heureusement est à la maison aujourd'hui, qui fait tout... Bref, je n'ai même pas le "s'occuper des enfants". Je vais mettre ces versets dans mes favoris.
    Au fait, j'adore ton blog!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...