vendredi 17 mai 2013

Femme mormone : Noémie

Voici Noémie, baptisée depuis pas longtemps (et je m'excuse à l'avance pour le "baptisée depuis peu longtemps" qu'on m'entends dire dans la vidéo -_- je serai jamais journaliste).
Je me reconnais dans ce qu'elle raconte, parce qu'elle s'est posée la question de la place de la femme. Je sais pas si on est arrivées aux mêmes conclusions, personnellement je suis toujours en recherche sur ce sujet. Bref, voici Noémie.


9 commentaires:

  1. ça veut dire quoi je ne serais pas mère au foyer parce que je suis beaucoup trop active pour ça ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça doit être sa façon de dire qu'elle se voit pas rester à la maison avec des enfants.

      Supprimer
    2. bien sûr je t'embête je sais très bien ce qu'elle veut dire mais il faut faire attention aussi à l'image que ça renvoi, je ne me sens pas inactive en restant à la maison bien au chaud.

      Supprimer
    3. Un soucis qu'on a en étant mère au foyer c'est qu'on est définitivement la seule personne sur notre dos et qu'on a même pas de conséquences financières pour féliciter ou sanctionner nos efforts (ce qu'à quelque part le patron ou l'artisan). On peut être une mère qui fiche rien (je pousse le plus possible dans ce sens ^^) et on peut être au bord de l'épuisement "professionnel". Je connais pas très bien Noémie, elle n'a peut être pas eu une mère qui est restée au foyer, ou elle en a peut être eu une qui a traversé des difficultés personnelles qui l'ont limité dans son investissement. Sa vision de la mère au foyer est pas flatteuse mais c'est la sienne. En disant ça elle savait que j'étais à la maison et je sais qu'elle aurait jamais voulu me vexer, c'est pour ça que ça m'a pas vexée. (Whou, pavé)

      Supprimer
    4. sans être vexée, puisque je sais ce que je fournis comme travail, je soulève le terme qui à mon sens n'est pas approprié, on peut avoir ces idées mais ne pas rabaisser ce qui à notre sens ne colle pas à notre vision c'est tout.
      Et au passage si on ne fiche rien à la maison on va rencontrer bien des soucis même si nous sommes notre automotivateur on a des échéances à tenir sinon la baraque ne tient pas debout.

      Supprimer
  2. Oui, moi aussi j'étais assez choquée par cette expression (pourtant je ne suis *plus* femme au foyer... bon OK en passe de l'être à nouveau :)), et aussi par le "les femmes attendent, alors elles n'ont pas beaucoup d'enfants, c'est dommage" que j'ai trouvé assez réducteur, jugeant et prenant peu en compte la diversité des parcours et des envies des femmes. D'autant plus (désolée, là c'est mon tour d'être peut-être perçue comme jugeante) venant d'une femme qui n'a pas encore d'enfants... Ca peut être un immense bonheur et qu'on n'en veuille qu'un ou deux pour plein de raisons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le point de vue particulier de celle qui vend les contraceptifs sans doute. Je crois (dommage qu'elle soit pas là pour répondre, du coup je m'avance peut être un peu trop en interprétant ce qu'elle a dit) que c'est plus l'aspect "trop tard pour en avoir autant que j'en aurais voulu" qu'elle regrette.
      T'as été femme au foyer Koa ?

      Supprimer
    2. J'arrive pas vraiment à utiliser ce terme, pour moi il évoque soit ma mère qui est restée 10 ans à la maison, soit mes copines qui ont enchainé les enfants et n'ont pas bossé depuis 5 ou 6 ans... Mais j'ai arrêté de travailler de la moitié de ma grossesse jusqu'aux 3 ans de ma fille, et je m'apprête à refaire la même chose pour le Petit qui arrive le mois prochain. Donc quelque part, oui, je crois qu'on peut dire que j'ai été femme au foyer. Je crois :)

      Supprimer
  3. Je crois que Noémie parle "du haut de sa jeunesse"; mais c'est un débat courant de nos jours entre celles qui "militent" pour la reconnaissance d'un statut valorisé de mère au foyer et celles qui le perçoivent comme une fonction pour "femmes un peu contemplatives" comme hors de leur temps. Tout ceci dit avec beaucoup de guillemets et de précautions car au delà du choix personnel on ne peut nier le lien évident entre cette décision d'élever son enfant au foyer et la relation à notre propre mère, parfois douloureuse, jamais neutre. Donc, ma chère Noémie il vaut mieux ne pas être une mère "marshmallow" ;-) pour être une bonne mère qu foyer! Pour ma part j'ai adoré (et aussi détesté à certains moment) être mère au foyer pendant 15 ans, ce qui est sûre c'est qu'aujourd'hui je considère cette période de ma vie comme un grand trésor tout en appréciant (et détestant à certains moments) ma vie professionnelle.Mais c'est comme les accouchements c'est toujours très personnel.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...